REFLEXION

VIOLENCE A L’EGARD DES FEMMES A MOSTAGANEM : La détresse de femmes racontée par des femmes



Sous le thème « Unissons-nous dans la lutte contre toutes les formes de violence, dans la famille et la société », la Direction de la DASS, en collaboration avec le centre national des femmes battues a organisé  une journée, consacrée à la sensibilisation de l’opinion au problème des violences faites aux femmes et à la nécessité de la combattre. Les violences sexistes et sexuelles sont partout, que ce soit au travail, à la maison ou dans l’espace public et personne ne peut le nier. Depuis le mois de Janvier 2019 à ce jour, le centre national de femmes battues de Mostaganem, a accueilli quelques 97 femmes de diverses wilayas et parmi lesquelles, 39 cas de femmes ayant subi  des violences .A noter que les violences sont diverses et variées classées selon les cas, à savoir : conjugales, familiales, physiques, psychologiques, morale et sexuelles où parfois une femme peut subir plusieurs types à la fois de violence. Il est indiqué qu’en général, les femmes les plus exposées à la violence, sont « celles âgées entre 26 et 35 ans» et que leur agresseur est souvent quelqu'un qui présente une apparence normale mais qui traine probablement des complexes psychologiques. Mme Z. Sayah, la Directrice du centre des femme battues, de Mostaganem a déclaré : qu’à travers cet évènement, c’est un message que nous adressons à la famille et à la société qu’il est de leur responsabilité de protéger la femme et de lui réserver la place naturelle qui lui revient de droit. Le progrès d’une société n’est pas seulement économique et doit obligatoirement passer par la promotion de la femme et cela se vérifie dans l’histoire. »Pour cette journée, les pensionnaires de ce centre on décidé de parler de leur désarroi et leur détresse de ne pas vivre comme tout le monde. Ainsi, elles se sont lancées dans deux spectacles, comme moyens d’expression. Dans le premier, il est question de la violence verbale et dans le second, elles donnent un aperçu sur les raisons qui les ont poussées à chercher à se réfugier dans cet établissement ainsi que leurs vœux pour l’avenir. Selon une appréciation objective, il semblerait que la tendance de la violence faite aux femmes est vers la hausse avec des circonstances aggravante des problèmes liés à une qualité de vie qui laisse à désirer chez certains groupes sociaux, nous dit-on. Inverser cette tendance est un combat de tout le jour mené par les pouvoirs publics et les associations de la société civile aussi, faut-il impliquer davantage la société  avec plus de pédagogie et de moyens.            

Younes Zahachi
Lundi 25 Novembre 2019 - 15:45
Lu 710 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+