REFLEXION

VIOLATION DES SITES ARCHEOLOGIQUES A ORAN : Les citoyens demandent l'ouverture d'une enquête



La prolifération des complexes et autres infrastructures hôtelières construites illicitement, ces dernières années sur des sites archéologiques classés, représente un véritable handicap pour le développement de cette côte balnéaire à  double vocation  agricole et touristique, en raison de l’absence d’assiettes foncières constructibles. Le phénomène des constructions illicites dans la côte touristique archéologique de la tombe punique des  Phéniciens des Andalouses dans la commune d'El Ançor (60 km au Sud Ouest-est d'Oran ) ne cesse de prendre des proportions inquiétantes. En effet, la prolifération des bungalows et autres infrastructures hôtelières construites illicitement, ces dernières années au niveau de ce site archéologique datant qui date de l'ancienne époque Romaine fait l'objet d'agression et de constructions illicites sans permis de construire délivrés par les autorités compétentes de la commune d'El Ançor. Ce site archéologique de la plage des  Andalouses représente pour cette collectivité locale toute une histoire, un repère historique d’un cimetière punique où des os et crânes humains sont apparus, en plus des vases de poterie utilisés à l'époque phénicienne. En effet, durant l'année 2000 ,une équipe de l'Agence nationale des antiquités et de la protection des sites et monuments historiques s'est rendue sur le site des Andalouses et a établi tout un rapport à l'ancien wali d'Oran , dans lequel, il a été  indiqué qu'après des fouilles effectuées par des chercheurs de ladite agence, lors de la mission qui a duré du 16 au 25 septembre 2000 aux  Andalouses à Oran,  l'existence  des travaux en cours de réalisation dans le cadre de l'achèvement de projets  au niveau du site  touristique au centre du monument historique dénommé «La tombe punique», classé depuis 1954 et publié au Journal officiel n ° 7 du 23 janvier 1968. Suite à ce rapport, ces derniers ont demandé la protection et la valorisation de ce monument historique, en application de la loi n ° 4  / 98 du 15 juin 1998 relative à la protection et à la préservation du patrimoine culturel.  Dans le même rapport, il a été présenté une demande de suspension des travaux, ainsi que l'arrêt de  tous les projets en cours de réalisation au niveau de cette côte des  Andalouses.  Le complexe touristique le "New Beach "a été réalisé malgré tout ce qui précède, avec l'approbation de l'ancien wali de cette période pour ne pas citer de nom , relèvent des éléments de la commission d'enquête qui va constater de visu ces dépassements et  agressions et constructions illicites érigées sur un site archéologique sans permis de construire au su et au vu de tout le monde et aucun des élus ni encore moins des autorités compétentes de la wilaya d'Oran n'a osé procéder à la démolition de ces constructions illicites érigées sur un site classé et sauvegarder.  Le propriétaire du complexe le" New beach" continue de réaliser des travaux d'aménagement à l'intérieur du site archéologique sans permis de construire, un sabotage  qui représente un véritable handicap pour le développement de cette ville à vocation touristique en raison de l’absence d’assiettes foncières constructibles. Les sages de la ville d'El Ançor en compagnie des amoureux et historiens de la ville d'El Bahia interpellent le wali d'0ran pour l'ouverture d'enquête, sachant bien que les élus de cette municipalité ont fermé l'œil sur ces dépassements et agressions moyennant bien sûr une Chippa pour ne pas s'étaler longuement sur ce sujet, bien que les citoyens de cette municipalité nous ont informé  que les services communaux ont été saisis pour prendre en charge ce problème. “On ne peut pas rester indifférent devant ce massacre qui freine le développement et menace le statut touristique de cette ville’’. L’État a fait des efforts pour dégager des espaces en créant des POS pour réaliser des projets de développement au profit de toute la population. C’est le moment d’appliquer les lois en vigueur pour éradiquer cet phénomène”, expliquent-t-ils encore. Par ailleurs, un historien  n’a pas manqué d’inviter les citoyens à s’impliquer davantage pour le développement de cette ville qui recèle des potentialités indéniables. “Notre ville est touristique par excellence, une raison pour en finir avec l’urbanisme anarchique. Or, nous avons besoin d’un modèle urbain cohérent pour redorer l’image de la ville. Les nombreuses constructions inachevées doivent être finalisées. Les citoyens doivent contribuer à la réalisation de ce projet structurant qui vise à rendre à cette côte son image de ville archéologique”, a-t-il affirmé. Et de rappeler que la côte touristique des Andalouses, figure parmi les dix communes-pilotes choisies à travers le territoire national dans le cadre du programme de renforcement des capacités des acteurs du développement local (Capdel), parrainé par l’Organisation des Nations-unies pour le développement (Pnud) et l’Union européenne. “Les gens sont appelés à s’impliquer massivement dans cette démarche pour le développement de la ville des observatoires punique de la plage des Andalouses”, a-t-il conclu.           

Medjadji H.
Mercredi 1 Juillet 2020 - 16:52
Lu 745 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 23-09-2020.pdf
3.28 Mo - 22/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+