REFLEXION

VILLE DE TISSEMSSILT : A quand un véritable plan de circulation ?

Y’a t-il vraiment un plan de circulation adapté et adopté par les commissions compétentes au niveau du chef-lieu de la wilaya Tissemsilt? Comment peut-on expliquer que les routes sont toujours dépourvues de signalisations verticales et que l’anarchie caractérise le quotidien de cette ville vu que les usagers de la route (chauffeurs et piétons) cherchent toujours cette cohabitation.



En effet, une grande partie de la population de la ville de Tissemsilt s'estime désemparée depuis longtemps par l’anarchie qui caractérise le développement de cette ville en général et en particulier la circulation routière où aucune route n’est dotée de signalisation adéquate. les passages pour piétons sont absents un peu partout et même devant les établissements scolaires dont la rentrée donne sur la route tels : lycée Bounaama, CEM Akid Othmane, Benbadis, Touaybi etc…Idem pour les institutions et autres administrations de l’Etat,  où la circulation piétonnière (passage) dépend de l’habilité et de la rapidité du piéton et parfois, ce dernier devra slalomer entre les voitures pour passer d’un bout de route à l’autre. Des panneaux de signalisation qui ont fait leur apparition depuis quelque temps un peu partout semblent être installés pour pénaliser les chauffeurs et non pas pour une fluidité de la circulation. De nouvelles plaques ont remplacé les anciennes, ce qui a poussé certains à s’interroger ; peut-on dire que les anciennes plaques étaient fausses durant toutes ces années ? Quelle est l’utilité de ces nouvelles plaques du moment qu’elles n’apportent aucune fluidité à la circulation? Qui autorise l’installation de ces semblants de ralentisseurs un peu partout ? Visiblement, certains points noirs résistent à la dénonciation. On citera pour l’illustration cette route qui traverse la cité des 320 logements au point de la poste Benhamouda et le siège du trésor, le stationnement des véhicules devant le cabinet d’un médecin ainsi que la présence des bacs à ordures tout en autorisant l’accès par les deux sens,  crée quotidiennement des bouchons vu qu’elle est très exigüe et c’est avec toutes les difficultés du monde que deux véhicules légers pourront passer en sens inverse. Aussi, les conducteurs ont été surpris par certaines plaques qui quadrillent toutes les issues des quartiers connus par les commerces jusqu’au point de s’interroger, sur quelles bases on installe des plaques de signalisation ? Qui est responsable de ce bricolage qui ne dit pas son nom ? Malheureusement, au lieu d’aller directement là où se situent les dysfonctionnements, certains responsables ont préféré les solutions d’improvisation  et palliatives par l’implantation anarchique de certaines plaques au point où par ces jours de l’Aïd, la ville s’est étouffée et l’implantation de ces plaques ne remplace en réalité en aucun cas l’efficacité d’un vrai plan de circulation routière. La nécessité d’un plan de circulation routière paraît plus qu’une priorité, c’est la stratégie sur laquelle repose l’épanouissement de la ville et sa modernisation, donc, il faut passer à l’application d’un vrai plan de circulation routière et des plaques convenablement implantées suivies bien évidemment de signalisation verticales et horizontales.…

A.Ould El Hadri
Samedi 1 Août 2020 - 16:57
Lu 291 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-08-2020.pdf
3.68 Mo - 08/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+