REFLEXION

USAGE FRAUDULEUX DE LA CARTE CHIFFA : La CNAS perd 10 millions de dinars et gèle 1500 cartes !

Finalement, rien ne semble échapper à certains opportunistes de courir derrière le gain facile. L’utile carte de soins ‘’Chiffa’’ n’a pu être épargné par l’usage abusif et frauduleux par certains énergumènes. Son utilisation frauduleuse inquiète de plus les caisses de sécurité sociale. Cette dernière, a elle seule, se dit avoir perdu 10 milliards dans la wilaya d’Alger. Plus grave encore, un autre déficit de 1,7 milliard de centimes, lié à deux affaires criminelles qui concernent un médicament antidouleur sous le nom ‘’Lyrica’’, utilisé comme psychotrope.



Dans une déclaration à la radio Chaine 3, le directeur de l'agence de la CNAS d'Alger, M. Mahfoudh Idris  a annoncé  que des pharmacies «sont poursuivies en justice» pour usage frauduleux de la carte chifa. Le même cadre appelle les pharmaciens à «restituer la carte Chifa à leurs titulaires après l’achat des médicaments et à ne pas laisser cette dernière à la pharmacie quelles que soient les circonstances, car cette situation peut occasionner l’utilisation frauduleuse de cette carte». En plus d’une campagne de sensibilisation lancé par la Cnas auprès des assurés, M. Idris a fait état d'études en cours d'élaboration visant à trouver des solutions adéquates pour éviter de laisser ces cartes au niveau des pharmacies quelles qu'en soient les raisons".  Cette dernière  se poursuivra jusqu’à la fin du mois de juillet en cours. En parallèle, quelque 1 500 cartes ayant fait l'objet d'utilisation frauduleuse avérée ont été jusque-là bloquées au niveau de la capitale, nous fait savoir M. Driss Mahfoud, directeur régional de la Cnas d’Alger. Il ajoute que cette pratique de consommation abusive de médicaments a fait perdre près de 10 millions de dinars  à la Caisse des assurés sociaux. Ces dépassements dans la consommation a incité au renforcement du contrôle administratif. Le même responsable rassure que les fraudeurs sont en train de se présenter aux centres respectifs et un échéancier leur est proposé pour régulariser leur situation. Jusque-là, près de la moitié de la somme indiquée a été récupérée, fait savoir le directeur.

L.Ammar
Lundi 16 Juillet 2018 - 19:43
Lu 836 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma