REFLEXION

UNE NOUVELLE FORME DE DROGUE : Halte au shoot au gaz à briquet !

Une nouvelle forme de toxicomanie tend à prendre des proportions fort inquiétantes à travers le monde de l’adolescence. Depuis quelques mois, des enfants de 12 à 13 ans s’approvisionnent auprès de certains buralistes, sur le gaz à briquet. Selon certains de ces derniers, nombre de ses adolescents ont fini par devenir des clients assidus de ces bombes de gaz, n’hésitant pas à en acquérir jusqu’à cinq ou six à la fois, à 150 dinars l’unité.



A  ce sujet, un des buralistes, a interrogé l’un des enfants  sur l’usage excessif de ces bombes, il lui a répondu que c’est pour alimenter les revendeurs de cigarettes. Malheureusement, un autre gamin fini par lui révéler l’utilisation de ces bombes a des fins de shoot au gaz  dont beaucoup en sont devenus si accrocs en l’aspergeant directement par la bouche. Selon les spécialistes, ils appellent cette nouvelle pratique “ la drogue par inhalation” avec, pour effet recherché, une euphorie rapide.  La plupart des effets de ces produits sont similaires aux anesthésiants qui ralentissent les fonctions corporelles. Après une euphorie initiale et une libération de ses inhibitions, on ressent de la somnolence, des étourdissements et de l’agitation, peut-on lire sur les brochures explicatives qui mettent en garde contre ces drogues par inhalation. Malheureusement, ce recours a cette nouvelle forme de drogue est si nocif pour la santé, car le gaz inhalé est rapidement absorbés par les poumons jusque dans le sang et atteignent rapidement le cerveau et d’autres organes, causant parfois des dommages physiques et mentaux irréversibles. Il peut endommager le cœur, les reins, le cerveau, le foie, la moelle épinière et d’autres organes et priver le corps d’oxygène, forçant le cœur à battre irrégulièrement et plus rapidement. Les utilisateurs éprouvent des nausées et des saignements de nez et perdent l’ouïe et l’odorat. L’usage continu peut faire fondre les muscles et leur enlever de la tonicité. De plus, les poisons chimiques endommagent progressivement les poumons et le système immunitaire. Pour les psychocliniciens, cette nouvelle forme de drogue est une pathologie qui trahit un trouble du comportement chez l’enfant. Même si elle reconnaît ne pas avoir rencontré personnellement ce genre de cas, elle estime que la carence affective maternelle reste la principale cause de la conduite toxicomaniaque fréquente chez l’adolescent.

Ismain
Samedi 17 Mars 2018 - 18:22
Lu 356 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 24-05-2018.pdf
3.96 Mo - 23/05/2018





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+