REFLEXION

Travaux publics, y a-t-il des responsables ?



Les vies humaines ne semblent pas trop importer pour nos ingénieurs et experts en travaux publics, ni pour les responsables du secteur, même pas pour le ministre des travaux publics si l’on venait à juger de leur attitude devant les dégâts importants engendrés par l’effondrement des ponts à EL Bayadh . Le ministre a constaté sur place, les pertes humaines et la défaillance des infrastructures sans plus. Les drames vécus à Bab El Oued, à Boumerdès, à Chlef… pour ne citer que ces cas sont encore gravés dans nos mémoires, pourtant ceux qui gèrent le secteur ne semblent pas ébranlés par cette répétition où il y mort d’hommes. Les responsables qui faillent à leur mission de bien concevoir les ouvrages devant avoir une durée de vie qui pourrait aller jusqu’à un siècle ; ne sont pas inquiétés pour la fragilité de leurs réalisations. Ces derniers semblent ignorer les normes d’usage universel à tel point que des tronçons de routes se sont effondrés et des quartiers entiers ont été isolés dans la catastrophe d’EL Bayadh. A croire que nos ingénieurs en travaux publics sont dans une autre dimension pour ne pas avoir étudié durant leur cursus universitaire, les règles et paramètres à prendre en compte pour concevoir des ouvrages aussi vitaux que les ponts sinon où se situe la faute ? Veut-on économiser sur les moyens ? Et puis à qui profiterait cela ? La répétition de ce genre de drames qui emportent à chaque fois des vies humaines sans citer les dégâts matériels, suscitent beaucoup d’interrogations sur le sens de la responsabilité de tous les acteurs et sur le professionnalisme de tout un chacun, concerné par le secteur. Les scandales à chaque fois révélés par les inondations n’ont jusque là pas dérangé outre mesure les responsables du secteur qui devraient œuvrer à l’identification de ceux qui ont à chaque fois failli à leurs responsabilité et à les sanctionner afin de mettre fin à cette dérision qui évolue dans le mépris total des citoyens, victimes de personnes non consciencieuses et sans scrupules qui ne mesurent pas le degré de responsabilité qui leur incombe au moment où ils échafaudent leurs ouvrages de la mort.

Réflexion
Samedi 8 Octobre 2011 - 22:43
Lu 282 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+