REFLEXION

TRANSPORT URBAIN A MOSTAGANEM : Les citoyens se plaignent du manque d'abribus

Chaque jour, des dizaines d’usagers attendent, à l’air libre, l’arrivée de bus et ce, en plein centre-ville de Mostaganem à même la station principale des bus de l'établissement de transport urbain et suburbain de Mostaganem (ETUM),



Dans la commune du chef-lieu de wilaya de Mostaganem, les usagers du transport en commun se plaignent du manque flagrant en matière d’abribus. Les usagers des transports en commun ne souffrent pas seulement des mauvaises prestations de certains transporteurs, mais également des conditions déplorables  de l’attente de l’arrivée des bus .En effet, les citoyens sont souvent exposés aux aléas de la nature : si ce n’est pas la pluie, c’est le vent et en cette saison c’est le plein soleil. Personne n’est à l’abri d’un « coup de soleil », notamment les personnes âgées, femmes enceintes et les enfants. Etre contraint d’attendre le transport en commun sous une pluie battante en hiver  où sous un soleil de plomb en été, est un véritable supplice pour le corps des personnes qui attendent. Faute d’abribus et de bancs pour s’asseoir, en attendant l’arrivée des autobus, les personnes attendent en posture  verticale, debout ou assis à même le sol. Interrogé sur cette situation problématique, un septuagénaire dira: «Que ce soit au terminus ou tout le long de l’itinéraire, les personnes âgées, les enfants et les femmes ont besoin d’abribus. », préconise notre interlocuteur. Chaque jour, des dizaines d’usagers attendent, à l’air libre, l’arrivée de bus. Face au manque flagrant d’abribus, nombre d’usagers ne savent plus sur quel pied attendre car, certains souffrent déjà de l’arthrose sans pouvoir s’abriter, ni donner du soulagement à leurs membres inférieurs. C’est la raison pour laquelle, nombre d’habitués du transport en commun interpellent les responsables locaux pour la mise en place d’abribus là où il faut pour remédier à la situation dans laquelle ils se débattent. Les usagers des transports sont livrés à eux-mêmes  comme le souligne un homme d’un certain âge rencontré sur place: « on se sent comme abandonnés par les autorités publiques car, sans abribus, le citoyen est dans la déconsidération». A bien voir, çà et là, certains abribus sont inutilisés  et  sont livrés au vandalisme ; pourtant, une simple opération de récupération et de réhabilitation de ces derniers, pourrait s’avérer  profitable pour tout le monde. Encore faut-t-il que les responsables concernés veuillent bien se pencher sur ce problème qui entretient un certain malaise chez les citoyens. Ceci dit, la direction des Transports en coordination avec les collectivités locales sont sollicités afin d’y remédier à cette situation. 

Younès Zahachi
Dimanche 1 Septembre 2019 - 17:44
Lu 334 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 25-02-2020.pdf
5.65 Mo - 24/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+