REFLEXION

TISSEMSILT : Visite du conseiller du président de la République dans les zones d’ombre

Le commun des habitants de la wilaya de Tissemsilt a certainement bien apprécié les efforts consentis par l’Etat durant cette année 2020, en dépit des difficultés financières rencontrées pour la couverture des besoins financiers de nombreux projets de développement au niveau de certaines zones d’ombre, à travers des plans de développement soit sectoriel ou local, ayant permis aux autorités locales, le lancement de certains chantiers.



Dans ce cadre-là, mais parlant de priorités, les dizaines de douars de Teniet El Had, Youssoufia ou Sidi Boutouchent n’ont pas eu le privilège de faire partie de la visite du conseiller du président de la République chargé des zones d'ombre, Mr Brahim Merad qui avait honoré la wilaya par sa visite en ce début de semaine. , encore plus, Les habitants de cette partie de la wilaya disent que leurs bourgades, sont les réelles zones d’ombre et méritent plus d’attention et d’intérêt que d’autres de la part des responsables. En effet, les habitants de la commune de Sidi Boutouchent affirment que cela fait très longtemps que certains douars dont Ain Ghalem, Ouled Sidi Yahia, Sidi Abdoune et Sidi Ghalem administrativement dépendantes de cette commune située au nord-est du chef-lieu de la wilaya ne font plus partie de la vision globale du développement de la wilaya. Les habitants appréhendent l’avenir avec un mécontentement et un désappointement tout juste à la limite du tolérable du fait que leurs douars manquent encore de certaines commodités notamment la route où les familles qui y habitent ne cessent de dénoncer l’état dégradé des routes qui  relient ces douars et autres petits regroupements au chef-lieu de la commune, au point où tout le monde affirme qu’elles sont devenues très dangereuses et peu praticables. Par le passé, ils ont déjà manifesté leur crainte et inquiétude quant aux répercussions qu’ils subissent au quotidien avec les désagréments causés aux usagers chaque jour sur ces routes. Ils affirment que ces tronçons routiers (pistes) ne sont toujours pas pris convenablement en charge, dont des dégradations caractérisées par des gondolements, des nids de poules et des effritements. Certains nous ont affirmé que cette situation est due en grande partie à l’oubli des responsables. Les usagers qui endurent le calvaire de cette situation affirment que ces douars sont souvent isolés notamment en cette période de l’année où la neige couvre toute la région durant longtemps, ils n’ont toujours pas bénéficié de certaines commodités à l’instar des autres parties de la wilaya, le programme du logement rural qui avait touché un grand nombre de communes, ne fait sûrement pas des heureux dans ces bourgades. Les habitants affirment qu’ils n’ont pas pu bénéficier quantitativement de ce programme et les constructions qui y sont érigées sont vétustes,  risquent de s’effondrer avec les effets des intempéries et du climat rigoureux qui caractérise la région. Ils s’interrogent sur le silence affiché jusque-là quant au retard accusé dans la réhabilitation de ces tronçons routiers dans cette région et sur le lancement du programme de l’habitat rural. Quant à l’autre souffrance du gaz, le calvaire de toute la région ne se dissipera qu’après la généralisation du gaz de ville, la bouteille du gaz se fait quand même rare et le recours au bois est toujours une pratique courante : « nous manquons de plusieurs commodités et c’est illogique qu’on laisse cette daïra à l’état actuel, et quand on remarque qu’aucune intervention n’a été entamée dans ce sens, l’on est en droit de s’interroger sur les priorités de nos responsables locaux. La dégradation de certains tronçons routiers a hypothéqué le développement de toute la daïra» devait nous dire un citoyen dépité par cette situation intenable. Enfin, la visite du conseiller du Président de la République chargé des zones d'ombre a englobé une inspection du projet d’un réseau d’eau potable dans la région de Khemisti avec douar Ain Guergour, un autre à Ouled Bendahmane à Ouled Bessam, le raccordement en électricité à Ain Abad dans la commune de Layoune, outre un projet de la réhabilitation du CW 06 sur un peu plus de 10 kilomètres reliant Sidi Slimane à Beni Lahcene en desservant les bourgades de Ain el Barkouk, Abaynia, Chaouchaoua et Moulia, à cela s’ajoutent d’autres projets d’amélioration du cadre de vie où les habitants souhaitent faire entendre leur cri à ce haut responsable dans lequel ils espèrent une intervention urgente en mesure de les extirper de ce retard et de ce sous-développement.

A Ould El Hadri
Mardi 29 Décembre 2020 - 15:24
Lu 264 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma