REFLEXION

TISSEMSILT : Un marché hebdomadaire à l’abandon

On ne fait pas un marché hebdomadaire en construisant deux murs de clôture d’une centaine de mètres de longueur sans vespasiennes, sans eau courante et assainissement et sans éclairage quant à l’aménagement, c’est l’anarchie totale, en été c’est la poussière et les odeurs nauséabondes, alors qu’en hiver c’est de la boue partout et les flaques d’eau qui caractérisent ce souk.



En effet, plusieurs années sont passées après le choix du site qui abrite désormais le Souk hebdomadaire de Tissemsilt mais aucun élément nouveau n’est venu donner cette valeur ajoutée à ce marché. Il peut être qualifié de tous les noms à l’exception d’un marché, il est devenu en une si courte durée un espace de tous les dangers, il ressemble à une vraie décharge sauvage et c’est là aussi où des personnes sans conscience ont pris l’habitude de déverser leurs chargements de déblais et autres gravats de chantiers, de monticules de sable et ordures qui s’accumulent davantage et de jour en jour, ils se montrent comme témoin du passage de ces inconscients d’une part et du laissez aller des responsables de l’autre part. Il est désormais un simple édifice sans âme qui fait partie d’une vie urbaine ruralisée ou même la saleté qui s’y est imprégnée est devenue le synonyme de cette partie de la ville. S’ajoutent à cela la présence des décharges sauvages et des odeurs écœurantes qui ont doublement incommodé les habitants du voisinage et ceux qui se rendent pour faire leurs achats. « Il est vrai que ce marché est installé dans la périphérie de la ville, mais à voir les conditions insupportables dans lesquelles se tiennent chaque mardi ce marché, on ne peut que constater amèrement le degrés du laisser-aller qui caractérise ce lieu de transactions, c’est la déliquescence totale et c’est l’insalubrité qui déclenche la sonnette d’alarme en cet été ». Les initiateurs de l’idée d’installer le marché dans cet endroit, pensaient certainement que ça sera le mieux pour la ville de Tissemsilt mais malheureusement le site s’est transformé en un pôle de tous les maux sociaux, en plus des ordures qu’on y jette, ce lieu a été transformé par certains individus en un lieu de débauche. En l’absence de contrôle, des transporteurs sans scrupule y déchargent des déchets ménagers, des décombres, des sacs de plumes de volailles qui créent désormais un tableau de désolation, des actes répréhensibles qui portent un coup fatal à la fois à ce marché hebdomadaire, à l’urbanisme de la cité et à l’environnement d’où l’intervention de mains fortes par les services concernés pour pénaliser les contrevenants et renforcer la vigilance et le contrôle sont plus que demandés. De l’autre coté, les responsables de l’APC qui tirent profit de ce marché devront faire un effort pour garantir un minimum de commodités dans ce marché à l’exemple des toilettes publiques, de l’eau courante et la sécurité….

A.Ould El Hadri
Lundi 3 Août 2020 - 17:00
Lu 312 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-09-2020.pdf
3.68 Mo - 19/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+