REFLEXION

TISSEMSILT : Les avaloirs bouchés posent problème

A l’approche de chaque hiver et visiblement, c’est le moment idéal où le devoir nous oblige à déclencher l’alarme, sachant que les avaloirs sont obstrués et que le spectre des inondations ne pardonne pas, n’épargnant rien ni personne sur son chemin par ces temps opportuns qui devancent le rude hiver avec ses pluies.



En effet, les habitants soucieux de l’état des  routes en général et du retard dans l’intervention des responsables sont à nouveau en effervescence. L’absence des caniveaux par endroits et l’obturation des rares avaloirs menacent plusieurs quartiers par le risque des inondations d’où la question, cette ville de Tissemsilt est-elle prête à  affronter les aléas de l’hiver?  La réponse est certainement par la négation et la réalité du terrain le confirme, le regain d’intérêt pour la bonne prise en charge des préoccupations citoyennes et pour l’épanouissement de la ville au cours de ces dernières années impliquait une autre vision. En effet, un groupe de jeunes qui avaient manifesté leur attachement à leur ville en participant à plusieurs opérations de volontariat durant la période du Coronavirus  ont sollicité notre journal dans l’espoir de faire entendre ces préoccupations aux responsables. Selon eux, elles se résument en un seul point relatif à l’obstruction des égouts d’évacuation des eaux pluviales et l’absence des opérations de curage notamment dans la partie basse de la ville de Tissemsilt réputée par l’embourbement et les inondations,  ce qui gêne considérablement l’accès aux cités et la circulation dans cette ville. Ces jaloux précisent que les habitants qui endurent chaque année le calvaire de cette situation appréhendent mal et avec peur le prochain hiver. Ils s’interrogent sur les raisons qui ont poussé les responsables à se taire et observer tout ce silence pour des opérations qui s’enregistrent pourtant dans les tâches habituelles de certains services et les faits sont là et la situation est édifiante notamment en ces temps qui devancent la saison des pluies. En plus des avaloirs qui sont encore obstrués, certains quartiers en sont tout simplement dépourvus, d’où il est peut être judicieux d’engager des travaux pour la multiplication des avaloirs et le curage de ceux qui sont obstrués.    

A. Ould El Hadri
Lundi 7 Septembre 2020 - 17:07
Lu 36 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma