REFLEXION

TISSEMSILT : Le barrage ‘’Bougara’’ : une catastrophe écologique

Cela fait des années qu’à chaque début d’été, la wilaya de Tissemsilt enregistre la mort de milliers de poissons au barrage de Bougara. Malheureusement, après chaque constatation de la catastrophe, recours au même dispositif avec la création d’une cellule composée de personnes spécialisées dans l’environnement, les ressources hydriques et halieutiques.



Face à une telle situation, les responsables ordonnent le chaulage et l’enterrement des poissons échoués tout en déclarant que le phénomène serait du à la chaleur, au manque d’oxygène dissous et à la qualité de l’eau dans ce barrage, mais ce récidivisme n’a jamais donné lieu à des solutions radicales qui puissent à la fois préserver cette richesse halieutique et la qualité de l’eau du barrage en question. En effet, cette dernière semaine a été caractérisée par ce même phénomène où on avait assisté à l’échouage de milliers de poissons notamment, de la race du barbus ce qui avait créé un climat repoussant et désolant à la fois avec une présence d’odeurs nauséabondes qui sentaient à des kilomètres, ce qui a alerté les responsables qui comme à leur habitude n’ont fait que constater les dégâts, faire une estimation et mettre sous terre ces tonnes de poissons péris. Ces mêmes responsables avaient annoncé à certains organismes de presse que ce phénomène est du aux raisons précitées et que des échantillons d’eau vont être examinés par des laboratoires relevant des ministères de l’environnement et de l’agriculture, mais tout un chacun sait que le problème est beaucoup plus profond du moment que la cause principale n’a toujours pas trouvé de solution, s’ajoute à cela le manque de plantations aux alentours de ce grand barrage. Un constat qui a fait dire que faute de plantation de roseaux et d’arbres, ce barrage reste exposé à l’engorgement par les poissons et l’envasement , ce qui diminuera sensiblement sa capacité, alors que la station d’épuration des eaux usées de la ville de Tissemsilt vers laquelle toute la ville rejette jusqu’à présent les déchets liquides semble limitée dans son rôle. Du fait que dès la sortie de l’eau en empruntant l’oued de Boukaala lui aussi dépourvu de toute plantation de roseaux, c’est directement vers le barrage de Bougara que cette eau se déverse, ce qui n’est pas à exclure de conclure que tous les produits liquides toxiques ne seront pas vraiment traités donnant un taux très élevé de contamination aux déchets comme ce fut le cas durant les dernières années ou des milliers de poissons avaient suffoqué.   Malheureusement, c’est le même constat que les responsables avaient fait durant les derniers jours du mois de juin, pourtant  il est d’une importance capitale dans la stratégie agricole, environnementale et de l’eau dans la wilaya de ne plus faire uniquement le constat, mais de trouver les solutions qui éviteront certainement une grande catastrophe écologique, d’où il est du droit des citoyens de réclamer l’ouverture d’une enquête qui aboutira à connaitre la vraie cause afin de trouver les solutions durables, sachant tout de même que la wilaya de Tiaret se garde le droit de propriété sur la plupart des terres se trouvant en aval de ce barrage…

A. Ould El Hadri
Samedi 1 Juillet 2017 - 19:45
Lu 273 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2017.pdf
3.33 Mo - 10/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+