REFLEXION

TISSEMSILT : Des chaussées défoncées par les entreprises de réalisation



Après l’achèvement de plusieurs projets de développement local relevant de la voirie et réseaux divers VRD, le citoyen de la ville de Tissemsilt s’est vite déchanté en constatant le retour des anciennes pratiques avec des tranchées un peu partout, des fossés laissés à l’état des travaux, enfin une situation désolante qui tarde à se rétablir pour des raisons qui demeurent dans le cadre de l’inconnu et l’incompréhensible. Le citoyen a sans doute remarqué qu’à  Tissemsilt, la réalisation de certains projets de voirie et réseaux divers VRD ont causé des désagréments aux citoyens au point de la consternation. Cet état de fait s’applique sur ces fouilles en tranchées un peu partout dans les rues de la ville dégradant routes et trottoirs dont certains ne datent que de moins d’une année alors que d’autres sont à leur énième réalisation et à chaque fois se sont des centaines de millions de l’argent des contribuables qui partent en fumé. On détruit les routes et les trottoirs fraîchement réalisés pour étaler des câbles ou des conduites puis on laisse derrière un état décevant, des trottoirs défoncés, des amas de sable, terre et autres détritus sans se soucier des répercussions qui pourront générer ces obstacles et cette saleté. Pourtant, ces entreprises de réalisation sont tenues par la loi et les règlements de refaire les routes ou les trottoirs défoncés par lesquels passaient ces conduites et pour l'illustration, la double voie qui passe par le CPI, la route qui mène des plateaux au rond-point Emir Khaled, la cité des plateaux, la route qui mène au lycée Moussalaha etc.. sont des sites qui s'éternisent. Selon un ex responsable technique et connaisseur de la chose, la réfection est obligatoire, elle doit compenser au maximum et de manière durable les désordres occasionnés à la structure de la route ou de la chaussée alors que le remblayage de la tranchée réalisée, ainsi que la réfection définitive de la chaussée, seront tout de suite réalisés conformément aux lois qui régulent la transaction entre le maitre d’ouvrage et le contractant (l’entreprise de réalisation), cependant, ce n’est plus le cas à Tissemsilt, où des tranchées sur des centaines de mètres sont légèrement remblayées par de la terre et restées depuis sur cet état, alors que le carrelage des trottoirs est complètement défoncé sans qu’il ne soit changé par un autre. Enfin, devant cette situation navrante, le citoyen fait appel à la lucidité du premier responsable de la wilaya qui a sans doute a remarqué cette gabegie afin qu’il se penche à la fois sur le devenir de ces trottoirs et routes défoncés par les entreprises de réalisation du moment que ces dernières sont soumises à la retenue de garantie et dans le cas échéant pourquoi le maître de l’ouvrage ne profite pas de cette retenue pour refaire les routes et les trottoirs défoncés et éviter à toute la ville de présenter ce visage hideux qui avait malheureusement refait surface ces derniers temps.                                  

A. Ould El Hadri
Dimanche 4 Octobre 2020 - 16:06
Lu 214 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma