REFLEXION

TIGDITT : Sidi Maazouz, un cimetière de toutes les débauches

La profanation du cimetière de Sidi Maazouz de Tigditt met en scène une horrible image indigne et incompréhensible, contraire à tous les principes pour observer de nos jours de telles ignominies alors que nous sommes au vingt et unième siècle.



Le Cimetière de Sidi Maazouz, est devenu une décharge publique ni plus ni moins, et toute cette destruction ressemble à un décor fantomatique, voire inimaginable, et frise la démence et l’horreur à la vue d’un tel carnage de par le spectacle affligeant et insoutenable. Ce haut lieu de mémoire, n’a pas été épargné par les hordes sauvages qui l’on mit sens dessus dessous, sans se départir de la honte, alors que c’est un lieu sacré et qu’il abrite les tombes de nombreux saints et personnages. Ce cimetière est l’histoire de la ville, il est connu et ne peut justement que nous inciter à nous élever contre cette destruction et cette humiliation préméditée et tolérée, alors que nos ancêtres y reposent et que d’aucun ne respecte. « Ce lieu de repos éternel des plus mythiques recèle en lui-même une richesse historique des plus extraordinaires et comme les images le montrent, il est devenu un lieu de débauche surtout le soir, tous les désœuvrés  se rencontrent pour aller s’abriter derrière les murs et boire, plus aucun respect même pour les morts. C’est honteux et c’est un sacrilège, je me demande où sont les responsables et les élus pour qui nous avons voté ‘’ nous dit Hadj Mohamed un sexagénaire, que nous avons rencontré aux abords du cimetière ‘’. Un imam ; que nous avons rencontré et interrogé, nous dira : « C’est une atteinte à la Chariaa et à l'intégrité de nos morts, c’est du jamais vu dans un pays musulman, et qui donne lieu à une condamnation, surtout lorsque l’on constate que Sidi Maazouz est devenu une décharge publique, un lieu de débauche. C’est un manque de respect aux morts et ce qui fait mal le plus c’est que les actes commis contre ceux qui nous ont quittés ont été banalisés, c’est aussi une désacralisation de la mort, je me demande où sont passées les autorités pour laisser faire, c’est un crime contre l’Islam. Certains doivent même trouver ça assez drôle ». Un autre quant à lui nous dira, «Vous savez, ce qui se passe pour ce vieux cimetière n’est pas une exception, car si vous avez remarqué au rythme où vont les choses, on n’a pas fini de comptabiliser d’autres destructions, pour moi dit-il les autorités et à leur tête le P/APC, ont décidé de laisser faire et je ne sais si vous avez compris, mais le fait que personne ne veut prendre de décision, c’est pour le raser un de ces jours et s’accaparer des terrains qui seront distribués au plus offrant et en même temps faire table rase de ce haut lieu de mémoire pour effacer jusqu’à son histoire ». Les curieux arrivaient, pour voir ce qu’on était venus faire, et l’un d’eux nous dira : « Vous vous cassez la tête pour rien, car nous avons frappé à toutes les portes et tout le monde fait la sourde oreille, il est trop tard de faire quoi que se soit dans cette ville, à voir le carnage qui a déferlé sur elle, il n’y a plus rien à sauver et c’est fini car tous les responsables et en premier lieu les élus actuels se foutent de ce que peut devenir ce cimetière. Mais il ne faut pas oublier nous dit-il, c’est aussi la faute des citoyens qui sont là à regarder sans rien faire.

Ismain
Lundi 10 Juin 2019 - 19:41
Lu 862 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-06-2019.pdf
3.63 Mo - 15/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+