REFLEXION

TIARET : Trois sit-in devant la wilaya en une journée

Lundi 24 février 2020, l'entrée principale du siège de la wilaya de Tiaret, a renoué avec les contestations où des citoyens ont brandi des pancartes, illustrant les différentes revendications, avec des slogans dénonçant des situations précaires et critiques que vivent les contestataires présents en force, qui se sont distinctement rassemblés devant le siège de la wilaya de Tiaret, pacifiquement, comme nous avons pu le constater sur les lieux.



En effet,  juste devant l’entrée principale menant au cabinet du wali, l'on a rencontré certains représentants des employés du filet social qui nous ont fait part de leur inquiétude, étant donné que malgré les contestations, aucune réponse officielle ne leur est parvenue. Le mobile des contestations serait leur réintégration dans des postes d'emploi, en signalant que ces contestataires totalisent plus de 15 années d'emploi dans le filet social sans aucune permanisation  ou un poste d'emploi stable. Selon des membres de ce rassemblement, certains employés ont bénéficié de leur retraite dans le cadre du filet social, avec un salaire de honte, estimé à 5.400 dinars. L'on pouvait lire sur les écriteaux et en synthèse, le véritable calvaire vécu par cette frange de la société, qui ne demande que dignité et honneur. Le deuxième foyer de contestation, mené toujours devant le siège de la wilaya, reflétait un rassemblement des employés lésés, sous la coupe du syndicat regroupant les corps communs du secteur de l’éducation. Ces derniers  revendiquent la révision de leur statut professionnel, à l'exemple de l'inexistence d'aucune loi leur assurant la promotion dans leur parcours professionnel. Enfin, le troisième rassemblement ,c'est celui des candidats à l'AWEM, qui s'interrogent sur leur sort et qu'en dépit de l'arsenal des lois, leur favorisant la réintégration dans des postes d'emploi, rien de cela, n’a été concrétisé et que leur destin gagne des espaces «chimériques".  Faudrait-il rappeler que ces foyers de contestation se sont distingués par des slogans hostiles aux pouvoirs locaux et n'ont trouvé aucune oreille à leurs appels, tout en signalant que durant ce temps, le wali était en réunion avec tous les présidents des assemblées populaires communales des 42 communes de la wilaya. Pour rappel, le front social est proie à une ébullition hors du commun, avec la fermeture de plusieurs sièges de mairies dont ceux qui ont été réouverts, après l'intervention et le recours à la force publique comme cela s'est passé à Rosfa et Mellakou. Selon des observateurs aguerris, certains milieux occultes se partagent un seul objectif, celui de déstabiliser le wali fraîchement installé dans ses fonctions et ce dans l'intention d'exhiber" leur présence en tant que seuls négociateurs avec le wali, autrement dit, un pas vers le repositionnement social en prévision des prochaines échéances électorales.

Abdelkader Benrebiha
Mardi 25 Février 2020 - 15:13
Lu 269 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma