REFLEXION

TIARET : 300 familles sans électricité à Rechaiga

La région de "Mkaymen", relevant du chef-lieu de commune de Rechaiga, à 90 km du chef-lieu de wilaya de Tiaret et recensant plus de 300 familles, habitant en zones disparates, vit l'isolement et l'enclavement qui sont illustrés par une marginalisation remarquable de visu Pour n'importe quel visiteur, en signalant que cette région, est plus qu'une zone d'ombre.



En effet, les habitants de cette région, dont les aïeux et grands pères étaient des éleveurs de renommée et très connus dans  les régions environnantes, et en dépit de plusieurs correspondances, adressées aux instances concernées, se retrouvent de nos jours "proies" à des convoitises et des intentions de déstabilisation, des suites des agissements de certains responsables locaux appuyés par des sphères occultes et le seul rempart de salut qu'ils maintiennent se résume dans l'intervention  personnelle du président de la République et ce pour mettre fin au calvaire dont ces familles d’éleveurs font objet. La commission du suivi de l'investissement a dressé une liste d'investisseurs et de demandeurs de crédits, en leur désignant les superficies agricoles des régions d'Oum-Ezzaboudj et de Racha et plus précisément, au niveau de "Zarga wa Mtaless",comme le confirment les documents remis à notre rédaction, lors de notre rencontre avec ces autochtones. Cependant, et à la surprise des habitants de la région à vocation steppique et dépendant du haut comité de la steppe, la région de "Mkaymen" vient de connaitre une ruée sans précédant  de pseudos investisseurs, qui menacent les autochtones de déstabilisation en délimitant les superficies mitoyennes des habitations sans pour autant préserver les périmètres de protection (harm),comme il y'a lieu de signaler qu'une enveloppe de près de 190 milliards a été destinée à l'alimentation en énergie électrique pour les régions destinées à l'investissement qui demeure toujours en hibernation et sans quelconque impact économique, le temps où près de 300 familles se trouvent privées d’électricité et font recours à des "acrobaties" pour s'approvisionner en énergie électrique. Un vrai dilemme qui ne trouve aucune explication. Cette situation a poussé les habitants de la région de "Mkaymen" à saisir le président de la République, eu égard à la qualité des pseudos-investisseurs dont parmi eux de hauts responsables au sein d'anciens gouvernements et qui sont actuellement en prison d'El-Harrach. L'ouverture des enquêtes relatives au détournement du foncier agricole et steppique va mener certains pseudos investisseurs à la justice, apprend-on auprès de sources sécuritaires qui suivent de très près cet épineux dossier de faux investissement et à l'heure où nous mettons sous presse, les habitants de la région de "Mkaymen" revendiquent une enquête d'envergure pour débusquer les sphères qui ont détourné le foncier steppique et propriété du haut comité de la steppe, lequel n'a pas encore émis de signes devant les flagrantes violations. Dans ce contexte, les habitants de la région revendiquent l'annulation de la liste des pseudos investisseurs qui ont été, auparavant appuyés par des ex-chefs de gouvernement, actuellement incarcérés, en notant que ces listes sont bourrées de noms qui sont proches aux ex-décideurs qui avaient l'intention de mener le pays au chaos. Pour rappel, la gendarmerie nationale enquête sur le détournement de foncier forestier et steppique dans plusieurs wilayas du pays.

Abdelkader Benrebiha
Lundi 10 Août 2020 - 16:38
Lu 511 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma