REFLEXION

TELEPHONE PORTABLE AU VOLANT : Des taxieurs montrés du doigt à Mostaganem

En dépit de toutes les campagnes de sensibilisation organisées par l’Etat et les autorités compétentes, sur la conduite au volant, l’attitude de certains jeunes taxieurs continue de poser des problèmes, ainsi, la plupart des infractions dénoncées visent leur comportement, alors que la majorité des remarques portent si ce n’est pas sur la malpropreté des voitures à l’intérieur comme à l‘extérieur, c’est sur l’utilisation du téléphone portable au volant.



Sans pour autant  être un expert, chacun sait que l’utilisation du téléphone portable au volant est interdite, elle expose son auteur à des sanctions prévues par la loi, vu qu’elle modifie le comportement, le réflexe  et la capacité de réagir du conducteur. Il a même été prouvé que la conversation, l’écoute, la lecture ou l’envoi de messages etc …, en utilisant son mobile au volant…, le conducteur, même s’il se concentre sur la route, peut se négliger un peu, il lui arrive peut-être de regarder moins dans ses rétroviseurs et sur les côtés à gauche, à droite, faisant probablement  moins attention à la signalisation des panneaux et aux autres usagers de la route  et aussi conduire avec une seule main..., ce qui malheureusement peut provoquer l’irréparable. Heurtés par ce comportement irresponsable, les citoyens transportés souhaitent «une meilleure tenue» de la part de ces prestataires de taxis... Il est utile de rappeler que chaque année, les accidents de la route font des morts, des blessés et des handicapés, endeuillant des milliers de familles en Algérie et grèvent lourdement le budget de la collectivité qui dépense pour les catastrophes routières 100 milliards de dinars annuellement ou peut-être plus… Il faut bien reconnaitre qu’il est difficile  de conduire son véhicule aujourd'hui à Mostaganem comme ailleurs bien sûr, avec le flux considérable de voitures, enregistré à longueur de journée en ville et même dans les quartiers à grande affluence, où tous les chauffeurs font face à une circulation très dense, en été comme en hiver. Pour le taxieur en particulier à qui les gens transportés ‘’confient’’ leur vie et qui passe le plus clair de son temps à conduire, profession oblige, c’est un service très difficile.

Ismain
Mercredi 26 Décembre 2018 - 16:53
Lu 494 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-01-2019.pdf
3.37 Mo - 16/01/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+