REFLEXION

Sommes-nous en mesure d’affronter une catastrophe?



 Comment peut- on concevoir qu’après plus d’un demi -siècle d’indépendance et avec tous les moyens humain et matériel des plus sophistiqués dont dispose le pays,  les éléments de la protection civile n’ont pas pu sauver le jeune Ayache du fond d’un puits ? Mais où réside le problème ?  Serait il dû au manque de moyens matériels, ou de personnes spécialisées pour ce genre d’opérations qui sous d’autres cieux pourraient être considérées comme une tache facile à leurs yeux alors que la protection civile de notre pays qui a fait des exploits dans d’autres situations plus périlleuses  n’a pas pu après neuf (09) jours de lutte pour essayer de sauver notre Ayache du  forage dans lequel  il était coincé luttant contre la mort, mais en vain. La protection civile manquait elle de matériel adéquat et sophistiqué  ou bien il n’a  été mis à sa disposition  qu’un matériel rudimentaire  et non les grands moyens pour le sauver.  Il y a lieu de se poser diverses questions qui restent en suspens et qui ne trouvent pas de réponses.  Le  silence radio sur cet événement douloureux   rend les gens sceptiques  sur ce cas et ce qui a frappé la population, c’est ce laxisme  qui ne dit pas son nom  mais qui plonge la famille du défunt dans l’expectative.   Est-ce qu’une enquête approfondie a été entamée  pour élucider les tenants et  aboutissants de cette affaire?  Les éléments de la protection civile ont usé de toute leur bravoure et leur volonté pour lancer le défi et fait de leur mieux  pour le sauver malheureusement, il est mort. Dans le même ordre d’idées, si les pouvoirs publics n’ont pas pu maitriser une telle situation, sont-ils en mesure d’affronter d’autres situations plus compliquées telle une catastrophe (séisme, inondations etc)  où des populations entières (hommes, femmes et enfants) peuvent être exposées  devant un grand danger qui ne peut attendre. L’Etat doit il se doter de plus de moyens matériels de dernière génération ou faut il investir plus sur l’économie de la connaissance ou recycler  son  personnel et ses cadres techniques d’intervention par le biais de la formation  à l’étranger pour acquérir des connaissances  sur une technologie de pointe pour intervenir plus efficacement et plus rapidement  pour cerner et venir à bout de toutes les situations qui peuvent se présenter à eux pour s’auto défendre et ne pas faire appel  aux Occidentaux qui ne donnent rien pour rien.                

BENYAHIA EL HOUCINE
Mardi 8 Janvier 2019 - 18:39
Lu 293 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+