REFLEXION

Sauvons nos enfants !



Le bilan 2017 donné par l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT)  tire la sonnette d’alarme et interpelle tout Algérien digne de ce nom. La Gendarmerie Nationale, La Sureté Nationale et les Services des Douane sont en état d’alerte maximale quand il s’agit notamment de ce « destructeur silencieux » qui, au-delà d’être un véritable fléau social, est aussi une « arme de destruction sélective » puis que la majorité des consommateurs sont des jeunes âgés entre 25 et 35 ans. Les quantités saisies en 2017 sont environ de l’ordre de  38.500 kilogrammes de résine de cannabis, hormis celle qui sont passées furtivement et n’on pu êtres comptabilisées. Et alors ? on est tenté de dire que nous sommes dans un état de guerre « pernicieuse et vicieuse » puisque nous sommes atteint dans ce que nous avons de plus sacré :notre jeunesse. Il a été précisé que les 80% de ces quantités ont été saisies au niveau de l’Ouest du pays, en 2017.C’est à la fois édifiant et indicateur  de l’origine du mal, de son ampleur, des dégâts……Notre propos est que si nous avons, un peu plus de 27.000 jeunes dans les centres de désintoxication alors, ils sont combien ceux que l’on ne connait pas et quel est le niveau d’impact sur ces jeunes qui ne demandent qu’a vivre, tout simplement. Nous sommes tous responsables, indirectement et inconsciemment de cette situation, quelques parts et c’est juste pour dire que nous sommes concernés. Il aurait été avantageux  de bien écouter pour bien comprendre notre jeunesse et savoir ses rêves, même les plus fous ! Construire des centres d’animation culturelle divers et variés, fournir des équipements High-tech mais d’abord faire de la communication et de la pédagogie avec nos enfants, ces jeunes. Parfois, on n’a l’impression que nous sommes en plein dans un scénario où le dialogue n’existe plus entre-nous, en vérité car les adultes sont trop dominateurs, peut-être ! S’il y a drogue, c’est qu’il y a incompréhension, détresse et stress quelque part mais avouons que c’est un conflit relationnel intergénérationnel qui est en toile de fond. Un peu de compréhension et de chaleur humaine envers nos jeunes pour sauver notre âme et c’est bien mieux que les centre de désintoxication. Faisons notre mea culpa et investissons dans la bonne éducation  qui se fait avec les bons exemples, les bons principes ,les bonnes valeurs et les marchands de drogue seront au chômage…..

Younes Zahachi
Samedi 3 Mars 2018 - 19:05
Lu 166 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+