REFLEXION

SYNDICAT CNAPESTE : Une nouvelle menace de grève

Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l`éducation (CNAPESTE) a indiqué que le conseil national du CNAPESTE va se réunir pour décider de l’organisation d’un nouveau mouvement de grève. S’agit-il d’une simple manœuvre destinée à faire pression sur le ministère afin de l’amener à faire des concessions ou d’une volonté réelle de paralyser à nouveau le secteur de l’Education nationale ?



La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit a affirmé, pour sa part, que la ponction sur les salaires des enseignants grévistes était une décision "irrévocable" ajoutant que "chaque enseignant gréviste doit assumer sa responsabilité". S'exprimant lors d'une conférence de presse animée au siège de l'APW de Blida au terme de sa visite de travail dans la wilaya, Mme. Benghebrit a indiqué que "le ministère a insisté dès le début sur le caractère irrévocable de la décision de ponction sur les salaires des grévistes et chaque enseignant gréviste doit assumer sa responsabilité" car ce débrayage, a-t-elle ajouté, "a destabilisé les élèves et obligé les parents à recourir aux cours particuliers". Les enseignants savent depuis 2014 que toute grève entraine une ponction sur salaires conformément aux lois en vigueur, a-t-elle soutenu. Revenant à la réunion qui s'est tenue dimanche entre le ministère de l'Education nationale et le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNAPESTE), la ministre a rappelé les deux points abordés, à savoir la question des ponctions sur les salaires des grévistes et la promotion des enseignants. S'agissant du premier point relatif à la grève nationale entamée par les enseignants le 30 janvier, le ministère a procédé à la ponction de 20 jours, les salaires étant préparés le 20 janvier, pour ce qui est des 10 jours restants, le ministère a proposé leur ponction progressive à raison de trois jours chaque mois, toutefois le syndicat a refusé cette proposition et a demandé une annulation totale de la décision de ponction, a expliqué la ministre. Mme. Benghebrit a ajouté que le deuxième point, objet de divergence, concerne la promotion du grade d'enseignant à enseignant principal et du grade d'enseignant principal à enseignant formateur couvrant une période de trois ans (de 2015 à 2017), période durant laquelle une autorisation exceptionnelle a été appliquée, en sus de la promotion qui concerne l'année 2018.

Ismain
Mardi 13 Mars 2018 - 19:33
Lu 232 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma