REFLEXION

SUR LA RN 11 VERS ORAN : Régulation de la vitesse à 100 km/h

La commission technique de la DTP, de transport et de la gendarmerie, vient enfin de se pencher sur la vitesse autorisée sur la RN 11 en allant vers Oran.



Limiter, partout, la vitesse à 80 km/h, c’est comme la majoration d’impôts qui tue l’impôt, comme dit l’adage du monde financier. D’où le dépassement de la vitesse autorisée par la majorité écrasante des chauffeurs quand il n’y a pas de signal de phares par les automobilistes venant en sens inverse, ce qui est signe de présence de radar de gendarmerie ; solidarité oblige entre chauffeurs en ces temps d’amendes excessivement ruineuses pour les lambdas, et surtout de retrait de permis intempestif en attendant le permis à points capable de remédier à tant de canailleries et de d’indélicatesse tant en amont qu’en aval. Cette problématique vécue des années durant par les usagers de la RN11, contraints de circuler à 80 km/h alors que cette route à double voies peut largement supporter une vitesse plus élevée, vient enfin d’être révisée. Ainsi, au lieu des sordides panneaux de limitation de vitesse à 80km/h presque le long des 25 kilomètres menant à la frontière de la wilaya avec celle d’Oran, les habitués de la voie express en question viennent enfin d’être agréablement surpris par les nouvelles plaques de limitation de vitesse à 100 km/h, quoi qu’elles ne semblent pas conformes au caractère d’impression habituellement usé. « De quoi enfin laisser le moteur respirer mieux », commentait un cadre Mostaganémois travaillant à Oran qui fait journellement l’aller-retour. L’ancienne limitation obligeant tout le monde à rouler à la même allure causait plus de problèmes qu’elle en résolut en matière de sécurité routière, tels que des accidents balourds entre autre congestion de la circulation, tant à l’entrée de Sablettes par le rond-point de Mazagran, bouchant la route même à ceux se dirigeant vers La Stidia ou à Oran.  L’autre nouveauté, hormis le vol des compteurs des lanternes enjolivant la RN11, le recours par la gendarmerie à des radars mobiles par le biais de leurs véhicules faisant la navette entre Mostaganem et Port Aux Poules au lieu du dangereux stationnement de véhicules de radars sur les bretelles en haut des trémies.

Ilies Benabdeslam
Lundi 11 Septembre 2017 - 19:04
Lu 1055 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-06-2019.pdf
3.06 Mo - 17/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+