REFLEXION

SUCCESSION DE AHMED OUYAHIA : Guerre sans merci au parti RND

La réunion d'un conseil national extraordinaire du RND, initialement prévue pour samedi 6 juillet afin de désigner un secrétaire général par intérim est reportée à une date ultérieure, selon un communiqué du parti rendu public, à l'issue de la réunion du bureau national vendredi.



Depuis la mise sous mandat de dépôt d'Ahmed Ouyahia, le parti est sans chef, alors que des informations ont circulé à ce propos faisant état d'un intérim qui serait assuré par Azzedine Mihoubi, ancien ministre et membre fondateur du parti. En l’absence d’une figure charismatique ou consensuelle, la compétition s’annonce rude entre quatre prétendants. Selon les échos rapportés par la presse, le favori est l’ex-ministre de la Culture Azeddine Mihoubi, présenté comme «proche» d’Ahmed Ouyahia et soutenu par les partisans de l’ex-secrétaire général. Mihoubi devrait croiser le fer avec des candidats tenaces comme l’ancien ministre de la Formation professionnelle Mohamed Mebarki, l’ex-sénateur et coordinateur du bureau de la wilaya de Mila, Amar Messaoud, mais, surtout, l’ancien porte-parole du parti, Seddik Chihab. Premier avec Belkacem Mellah à avoir déclaré la guerre à Ahmed Ouyahia, au lendemain de la destitution de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, et à saluer, plus tard, son incarcération dans des affaires d’octroi d’indus avantages à des hommes d’affaires proches du cercle présidentiel, Seddik Chihab entend fructifier ce positionnement jugé par d’aucuns comme «opportuniste» pour capter les voix des membres du conseil national et apparaître comme l’«homme du changement» au sein de ce parti. Malgré donc cette longueur d’avance qu’a prise théoriquement Seddik Chihab sur son principal rival, Azeddine Mihoubi, tous les pronostics favorisent ce dernier, qualifié de «fédérateur» et d’homme «capable de relancer le parti» et de lui éviter l’effondrement, à l’heure où, sous l’effet du changement en cours, les observateurs prévoient une recomposition aussi brusque que profonde de la classe politique, jugée en déphasage avec son temps.

Riad
Samedi 6 Juillet 2019 - 19:31
Lu 1821 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-08-2019.pdf
2.63 Mo - 19/08/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+