REFLEXION

RUPTURE DES RELATIONS MAROC-IRAN : Rabat délire et accuse encore l’Algérie

Perdant à jamais sa bataille de conquête du Sahara Occidental, le Maroc tente par tous les moyens à impliquer encore l’Algérie, dans le conflit l’opposant au Polisario, qui revendique l’indépendance de son territoire qu’il occupe depuis le retrait des Espagnols en 1970.Son ministre des affaires étrangères, récidive encore une fois en l'espace de quelques jours, en accusant gravement l’Algérie d’avoir abrité des rencontres entre les deux partis, le Polisario et le Hezbollah. Des délires pour désinformer davantage l’opinion internationale



Le Maroc, par la voix de son ministre des affaires étrangères, revient encore une fois en l'espace de quelques jours, pour accuser gravement l’Algérie d'avoir joué un rôle actif dans l'implication de l'Iran par le biais du Hezbollah dans la question du Sahara occidental et d'avoir donné davantage que sa bénédiction. ‘’Elle a apporté couverture, soutien et appui opérationnel" soutiendra-t-il. Le chef de la diplomatie marocaine prétend, dans une interview accordée à Jeune Afrique, que "certaines réunions entre le Polisario et le Hezbollah se sont tenues dans une planque algéroise bien connue des services algériens, concédée en location à une certaine « D.B », Algérienne, mariée à un cadre du Hezbollah, et convertie en agent de liaison du Hezbollah, notamment avec le Polisario"."N’oublions pas que le régime algérien… n’a survécu jusque-là que grâce aux problèmes et tensions qu’il a lui-même générés ou qu’il a l’intention de créer, afin de détourner l’attention des Algériens de leurs véritables préoccupations", a-t-il accusé et ajoutant ‘’qu’aujourd’hui, le discours de l’Algérie sur la question du Sahara a un côté autiste et obtus : reniement de la réalité extérieure et compulsion obsessionnelle à dire que le conflit du Sahara ne concerne que le Maroc et le Polisario" poursuit Bourita. Le ministre marocain pense que "l’Algérie prend le risque de déstabiliser gravement la région en cherchant à pousser le Polisario hors des camps de Tindouf, juste pour se dédouaner politiquement et ne plus être pointée comme le pays qui abrite des séparatistes. Permettre l’implication du Hezbollah s’inscrit dans cette même logique de donner l’impression que l’Algérie n’est pas l’unique soutien du Polisario. Heureusement, le Conseil de sécurité a mis un terme à cette stratégie" a encore accusé Bourita.

Ismain
Dimanche 13 Mai 2018 - 17:30
Lu 475 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 15-08-2018.pdf
3.1 Mo - 14/08/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+