REFLEXION

RECENSEMENT DES FAMILLES DEMUNIES POUR L'OCTROI DES AIDES : C'est l'anarchie totale à Oran

Le recensement des familles démunies et celles ayant besoin d’accompagnement en cette période de confinement se déroule dans une anarchie totale où les élus locaux dans une totale aisance instrumentalisent cette solidarité qui est déjà cible de campagnes politiciennes sous couvert d’actions caritatives y compris avec la résurgence des certaines associations qui ont l’habitude de ce genre de récupération politique.



Au niveau des sièges des communes, la journée démarre de manière exceptionnelle, avec la constitution de foule (plus de 500 personnes jeudi dernier aux abords des APC d'Oran , ainsi que Ain Turck, Arzew, El Kerma, Es-Senia, Sidi Chahmi) devant chaque APC. Aucun de ces citoyens ne respecte les distances de sécurité, quasiment aucune personne ne portait de masque ni de gants surtout qu’au niveau des services des APC l’impatience se fait sentir à chaque traitement de dossier. Au niveau des grandes agglomérations de la wilaya, les forces de l’ordre ont été appelées pour faire respecter les règles de distanciation sociale, dans les communes où une forte affluence de citoyens a été égalent observée. Le désordre, les bousculades et l’anarchie, qui caractérisent le début de ces aides au profit des familles nécessiteuses plaident en faveur d’une autre solution plus sécurisante surtout qu’au regard des regroupements de personnes, le risque est grand pour la propagation du coronavirus. Le même constat est relevé également au niveau des communes de Gdyel et de Bethioua . Eu égard à cette situation, à cette anarchie, on peut affirmer sans risque de nous tromper que les élus locaux sont passés à côté de la digitalisation et même de jugeote en ayant mal choisi les composantes des cellules communales de veille, de suivi et de gestion de la crise du Coronavirus (Covid-19). Il est relevé dans ce sens qu’aucun module de suivi de cette opération n’a été installé au niveau de chaque commune. Dans nombre d’APC, la commission des affaires sociales est totalement absente y compris dans le recensement des familles nécessiteuses devant bénéficier de l’aide du Ramadhan. Pour nombre d’observateurs, la décision de ces aides, de cette solidarité n’a pas malheureusement anticipé ce mouvement de foule en période de confinement.

Medjadji H.
Lundi 20 Avril 2020 - 16:54
Lu 871 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 06-07-2020.pdf
4.43 Mo - 05/07/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+