REFLEXION

RAPATRIEMENT DES DEPOUILLES MORTELLES A PARTIR DE FRANCE : Des cercueils bloqués plusieurs heures à l’aéroport d’Oran

Les familles des dépouilles mortelles interpellent le ministre du transport et demandent l’ouverture d’une enquête. Depuis fort longtemps les opérations de rapatriement à partir des pays d’Europe posent de gros problèmes pour la délivrance des autorisations d’embarquement qui nécessitent tout un dossier à fournir par les familles qui peinent à le constituer dans les meilleurs délais pour que le transfert soit fait à l’aéroport et les cercueils prêts à être rapatriés la veille du départ de l’avion.



Un délai nécessaire pour obtenir les dernières autorisations et pour passer les contrôles de douane. Ainsi, il faut compter au moins 05 jours pour le rapatriement d’une dépouille, le grand problème se situe au niveau des enregistrements des bagages,  du fait que les bagagistes de la société aérienne Air Algérie, ne font pas leur travail  convenablement, puisqu’ils  mettent les bagages des passagers dans les cabines bagages en premier pour les fermer avec les cercueils à destination de l’aéroport  Ahmed Ben Bella d’Es-Senia à Oran, au lieu de placer les cercueils des dépouilles à l’avant. Une fois arrivé à destination de l’aéroport Ahmed Ben Bella d’Es-Senia, le calvaire commence et les familles des dépouilles mortelles passent plus de cinq  heures d’attente voire  plus,  pour que  les formalités du rapatriement ainsi que la vérification et le contrôle des services de sécurité soient terminés enfin. Un deuxième calvaire, celui du transport des cercueils par les bagagistes à bord d’une ambulance, ils les laisse en dernier pour les remettre  enfin  à leurs familles et ce, après des heures d’attente, selon la déclaration de la famille  d’une dépouille qui nous a informés,  qu’elle a enduré un calvaire pour pouvoir récupérer le cercueil de leur proche qui a duré 08 jours pour enfin arriver sur le sol  Algérien. A cet effet ,plusieurs familles des rapatriés demandent l’intervention du ministre du transport pour prendre des mesures qui s’imposent pour faciliter les opérations de rapatriement de nos malades et autres migrant à destination d’Oran, ils  demandent l’ouverture d’enquête afin que ces retards ne seront plus tolérés.

Medjadji H.
Lundi 23 Décembre 2019 - 16:36
Lu 488 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 23-09-2020.pdf
3.28 Mo - 22/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+