REFLEXION

Quelle relève pour la Sonatrach ?



Enfin et pour clore le chapitre des ressources humaines à la Sonatrach, comment peut-on parler de relève et de perspectives d’avenir lorsque la majorité des cadres dirigeants ont plus de 60 ans, à commencer par le PDG lui-même ? En ce qui concerne les 20 nouvelles découvertes et en supposant qu’elle aient permis de mettre en évidence que des réserves prouvées ce qui est loin d’être le cas, elles ne représentent qu’à peine 0,02%. Ceci n’a même pas été lisible sur les différents rapports, entre autres BP qui estime les réserves prouvées de l’Algérie à 12,2 milliards de barils sans changement depuis au moins 2010. L’effort d’exploration est toujours concentré dans la partie occupée par la recherche et la prospection sur les 178178 km², seulement 24 885 km² ont été touchées par la sismique 2D et 3D et les 761 754 km² n’ont suscités aucun intérêt de la part des investisseurs. On peut dire qu’en matière d’exploration, on tourne autour de ce qui existe et rien de nouveau. En général, les contractants favoriseraient dans ce type de relation des sous-traitants étrangers. Le reste concerne les dépenses sur le gazoduc Medgaz dans lequel les entreprises sont impérativement d’outre atlantique. En absence d’une alternative aux hydrocarbures dans l’économie algérienne, un rapport de la Sonatrach met en exergue l’importance de la croissance de la consommation interne de l’énergie notamment en carburant.

Said
Mardi 26 Février 2013 - 09:45
Lu 219 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+