REFLEXION

QUI EST DERRIERE CES ACTES IRREFLECHIS ? : Bradage des espaces verts de la ville de Tissemsilt

Tout un chacun sait que certains espaces de la ville de Tissemsilt, qui s’étendent tous réunis sur quelques hectares, subissent actuellement et depuis longtemps de graves agressions et autres mutilations. Pire, devant le laisser-aller de certains responsables notamment, ceux de la Conservation des forêts, l’APC, l’environnement…etc, ces espaces verts aménagés risquent bien de disparaître devant les convoitises et la volonté de les transformer en opportunités pour le squat, une situation vraiment regrettable dont s’est greffé encore l’incivisme de la population.



En effet, si toute la population de Tissemsilt s’est réjouie par un récent passé avec la réalisation de plusieurs projets d’amélioration urbaine pour redonner la vie à certains sites abandonnés depuis une dizaine d’années en engageant des travaux d’aménagement par une gestion rationnelle de ces espaces de repos et de plaisir comme c’est le cas aux plateaux, aux 320 logements etc.…Mais malheureusement, au milieu de la cacophonie qui enveloppait la gestion de ces espaces, les enjeux cachaient mal les convoitises de certains et la mauvaise gestion de certains responsables qui se sont donnés le droit d’attribuer des autorisations d’exploitation commerciales à certaines personnes sans prendre en compte la valeur environnementale de ces espaces et sans prendre en considération l’avis des spécialistes et même de la population. Comme c’est le cas aux 320 logements où  il est constaté qu’une partie responsable avait autorisé une plate forme en béton en plein espace vert « gazon » pour une activité commerciale, ce qui a poussé les jeunes de s’auto-distribuer des parcelles en les désignant sur la même pelouse décriant par ce geste , cette attribution qui en dit beaucoup sur qui avait autorisé un tel acte ? Qui est bénéficiaire ? En somme, ce mouvement de protestation et cette chaine de solidarité formée par les jeunes pour préserver les espaces verts de la ville  ont poussé les mêmes responsables à revoir cet état en ordonnant d’annuler ces attributions en détruisant ces plates formes en béton, une opération dont nous étions témoins hier samedi. En somme, ces espaces semblaient réunir toutes les caractéristiques naturelles pour en faire d’eux  une vraie attraction familiale ce qui est d’ailleurs bien constaté d’où il est du caractère urgent que les responsables révisent leur stratégie sur ces espaces verts qui ont couté des enveloppes consistantes pour leur réalisation. 

A.Ould El-Hadri
Dimanche 27 Octobre 2019 - 16:21
Lu 735 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 02-04-2020.pdf
4.38 Mo - 01/04/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+