REFLEXION

Pourquoi dîner tard n'est pas bon pour la santé ?



Les repas tardifs auraient des effets ravageurs sur notre métabolisme et favoriseraient la prise de poids. Voilà ce qu'a permis de constater une récente étude américaine publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism. Menée sur un petit échantillon (20 personnes) de 10 hommes et 10 femmes ayant pris des repas à 22 heures et 18 heures, l'étude révèle que pour un coucher à 23 h dans les deux cas de figure, le dîner le plus tardif fait grimper de 18% le pic de glucose et baisser de 10% la quantité de graisses brûlées. En clair : manger peu de temps avant d'aller au lit trop régulièrement mettrait sur la voie de l'obésité et du diabète. Chenjuan Gu, l'un des principaux chercheurs du projet, précise d'ailleurs que ces effets pourraient être "davantage prononcés sur des personnes souffrant déjà [de ces deux pathologies]".
En 2013 et 2014, deux études espagnoles démontraient déjà que plus les femmes mangeaient tôt dans la journée, plus elles brûlaient de calories. Trois ans plus tard, des scientifiques de l'Université de Pennsylvanie allaient encore plus loin, lors du congrès SLEEP 2017 : "nous savions que le manque de sommeil affectait négativement le poids et le métabolisme, en partie à cause du grignotage nocturne. Mais ces découvertes nous permettent maintenant de mieux comprendre les bénéfices des repas pris plus tôt dans la journée", expliquait alors le Professeur Namni Goel, avant de préciser que le fait de manger trop tard causait, au-delà de l'obésité et du diabète, une hausse du cholestérol, mais aussi "des problèmes cardio-vasculaires et d'autres soucis de santé."
Et ce n'est pas tout :  les travaux de ces mêmes chercheurs, réalisés auprès de volontaires suivis du soir au matin, avaient également abouti à mieux comprendre l'impact hormonal : chez les participants qui mangeaient tôt, les sécrétions de ghréline (qui stimule l'appétit) et de liptine (l'hormone de la satiété), intervenaient aux meilleurs moments possibles. Rassasiés plus longtemps, ils résistaient donc mieux au grignotage entre les repas. Et selon le nutritionniste Arnaud Cocaul, interrogé la même année par Ouest-France, ils devaient également mieux dormir, la phase de digestion pouvant altérer le sommeil : "Au-delà de manger tôt, il faut surtout respecter au moins une heure et demie entre le dîner et le moment d'aller se coucher.

Réflexion
Lundi 6 Juillet 2020 - 17:02
Lu 908 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-08-2020.pdf
3.68 Mo - 08/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+