REFLEXION

PROCES ‘’INVENTE’’ CONTRE LES 7 CADRES DE LA POLICE, ACQUITTES PAR LE TRIBUNAL DE MOSTAGANEM : Hamel et Khallasi paient l’addition

Les sept anciens commissaires accusés d’atteinte à la sûreté nationale en 2015 ont été acquittés, hier, mardi 26 février, par le tribunal de Mostaganem, après avoir été accusés à tort par l’ancien patron de la DGSN, Hamel et l’ancien chef de la sûreté de wilaya de Mostaganem, Khallasi Samir. En effet, selon des sources crédibles, les mis en cause ont décidé de poursuivre en justice, Hamel et Khallasi pour préjudice moral et accusations mensongères.



Écœurés, effondrés sur le banc des accusés, les sept officiers de police, scandalisés par une affaire montée en toute pièce, ont eu les larmes aux yeux en entendant le réquisitoire du procureur de la République qui avait demandé à la surprise de tout le monde leur acquittement : Justice rendue ! Ont scandé les accusés tout en partageant la joie avec les membres de leurs familles qui étaient assis derrière et qui ont tant souffert de la Hogra, de l’humiliation et de la pauvreté, sans salaire depuis trois ans et enfin la joie fut comblée par le verdict rendu, vers une heure du matin de ce mardi par le juge qui a prononcé l’acquittement des sept accusés.
Ainsi pour laver leur honneur, les sept policiers , -à savoir: Rachid Belouar chef d’état-major des unités d’intervention de la DGSN,  Belabdi Benabdellah ex chef des RG de Mostaganem , Dahmani ex chef de sûreté d’Adrar, Djamai Med ex adjoint au chef de sûreté de Relizane, Messaoud Belahouel ex chef de sûreté de Saida, Djeffal ex cadre de la DGSN en retraite , et Fergag Aek ex chef de sûreté de Sidi Bel Abbes-,ont décidé de poursuivre  l’ancien général major Hamel , l’ancien divisionnaire de la police de Mostaganem , Khallasi Samir et le commissaire Abbou , chef de service de la police judiciaire pour  préjudice moral et dénonciation calomnieuse.

Retour sur l’affaire des manifestions des policiers d’El-Hamiz !
L’affaire des anciens cadres de la police révoqués et accusés de conspiration et d’atteinte à la sécurité de l’Etat, qui a été traitée par le tribunal criminel près la cour de Mostaganem, a éclaté à la suite des manifestations inédites des policiers en uniforme de l'unité d'El-Hamiz en 2014, pour dénoncer de mauvaises conditions professionnelles. Selon des sources proches des sept policiers accusés, toute l’affaire repose sur le fameux rapport établi par le chef d’état-major des unités d’intervention ‘’ex Hamiz’ ’de la DGSN, Rachid Belouar , qui après une visite d’inspection à Ghardaia, a relevé que le moral des policiers était au plus bas et donna des propositions à la tutelle pour la bonne prise en charge des policiers. Selon la même source, ce rapport n’a pas été du goût de l’ancien patron de la police, Hamel, qui a déféré le rédacteur du rapport, Rachid Belouar devant l’inspection de la DGSN, ordonnant sa mise en retraire forcée. Plus encore, il a ordonné la perquisition de son domicile et la restitution de la copie du rapport,  se trouvant en sa possession. Quelques semaines après, les services de la police judiciaire de Mostaganem dirigés durant cette période par le commissaire Abbou, ont adressé une note d’information au procureur de la République près le tribunal de Mostaganem lui demandant l’ouverture d’une enquête, accusant lesdits sept cadres de la police de conspiration contre la sûreté nationale. L’ancien chef de la sûreté de wilaya de Mostaganem, Khallasi Samir, poussa le bouchon à fond et ira jusqu’à balancer, le chef d’état-major des unités d’intervention de la DGSN, Rachid Belouar, derrière les barreaux pour cinq mois, et l’affaire connaitra tout de suite des répressions et des répercutions sur les policiers et leurs familles, et ils seront tous soit mis en retraite forcée ou suspendus et mis sous contrôle judiciaire et salaires bloqués durant plus de trois ans. Et si ce n’est la solidarité de leurs collègues, les familles de ces policiers n’auraient pu subvenir à leurs besoins. Enfin, la justice de notre pays est encore entre de bonnes mains et le tribunal criminel de Mostaganem a brillé par sa loyauté en rendant son juste verdict en rendant les droits et la liberté à des honnêtes policiers qui ont sacrifié la moitié de leur vie pour la nation !   Et la fin de cet épisode d’un film à la manière ‘’Hitchcock’’ s’achèvera par un procès en vue contre Hamel et Khallasi qui paieront l’addition.

 

Riad
Mardi 26 Février 2019 - 16:28
Lu 8926 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 24-03-2019.pdf
3.22 Mo - 23/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+