REFLEXION

PRIX NOBEL DE LA PAIX : La candidature du Président Bouteflika, retenue

La candidature du Président de la République Abdelaziz Bouteflika aurait été retenue par le comité chargé de l’attribution du Prix Nobel de la paix. Le dossier du chef de l’État, dont la candidature avait été proposée par nombre d’individus et d’associations, comprend notamment les projets de la concorde civile et la charte pour la paix et la réconciliation nationale.



Sa politique de réconciliation nationale, sa médiation dans les règlements des conflits en Afrique, son implication dans le Nepad sont autant d’initiatives qui plaident en sa faveur pour décrocher cette distinction attribuée annuellement par le comité du Nobel. La course pour le prix Nobel de la paix 2017 s’annonce large et ouverte avec probablement la participation du président Bouteflika. La date limite pour le dépôt des candidatures a expiré et le verdict du comité Nobel sera rendu cette semaine. Si le Président est nominé, il part avec de sérieux concurrents. En effet, 318 individus et organisations ont été proposés pour le Nobel de la paix de 2017, selon l’institut qui décerne chaque année le prestigieux prix.  Dans un communiqué, le comité norvégien de Nobel a précisé que les candidatures se décomposent entre 215 individus et 103 organisations. L’engagement du président Bouteflika pour l’Afrique, pour la paix, la stabilité et le développement n’est plus à démontrer. Il a à son actif le règlement du conflit entre l’Éthiopie et l’Érythrée, un rôle actif dans le Nepad et l’Union africaine, le maintien de la paix en Somalie, le travail de fond, des années durant, pour la réhabilitation de la Libye et bien entendu la médiation entre l’Iran et les États-Unis sur la question du nucléaire, le Soudan, les efforts pour stabiliser le bande du Sahel... Des dossiers sensibles et lourds dans lesquels le président Bouteflika s’est amplement impliqué. L'Algérie est, selon les observateurs étrangers, un pays qui a accompli des prouesses reconnues notamment dans l'apaisement des crises : la sienne d'abord, celle de la décennie noire (1989/1999) et, ensuite, dans ses actions diplomatiques de pacification sur le théâtre international et particulièrement celui du continent africain.  Selon leur appréciation, jamais ce pays n'aurait été aussi proche d'une nomination au Prix Nobel de la paix, tout au moins jusqu'en 2006, tant il apparaissait comme être en adéquation avec l'esprit de cette honorifique distinction et en pole position pour ce qui est de la compétition. Le comité chargé d’attribuer le prestigieux prix rendra sa décision le 06 octobre prochain.

Rachid M.
Mardi 3 Octobre 2017 - 18:14
Lu 1042 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2017.pdf
3.33 Mo - 10/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+