REFLEXION

PRIX DE L’ELECTRICITE : Aucune augmentation n'est envisagée actuellement

Le ministre de l'Energie Mustapha Guitouni, a sommé les gros consommateurs d'électricité à rationaliser leur consommation, évoquant une "réflexion" au niveau du ministère, applicable à moyen ou à long terme, pour que les tranches à très forte consommation électrique paient le prix de cette énergie à "son juste prix", c'est à dire sans bénéficier du soutien de l'Etat.



S'exprimant lors d'une cérémonie de remise de décision de nomination du directeur de la région Est et des décisions et passations de consignes de plusieurs directeurs de distribution, organisée par la SDC (Société Algérienne de Distribution de l'Electricité et du Gaz), M. Guitouni a pointé du doigt le "gaspillage" de l'électricité qui continue de porter préjudice au Trésor public en raison des subventions conséquentes décaissées annuellement pour soutenir les prix de l'énergie. "En juillet dernier, on est arrivé à un pic de consommation électrique de 13.900 MW et il ne restait pratiquement rien dans le sac. La Sonelgaz a su gérer la situation et a évité le recours aux délestages. Elle est arrivée à produire 1.000 MW supplémentaires dans des conditions très difficiles pour arriver à 14.000 MW contre 13.000 MW en 2016", a-t-il observé. Mais, a-t-il poursuivi, cette consommation record est certes le résultat de la canicule qui a marqué cet été, mais elle est surtout le fruit du "gaspillage" qui continue de caractériser la consommation des quelque 6 millions de clients sur les quelque 9 millions que compte la société. "Nous gaspillons trop, et si on continue comme ça il va falloir qu'on revoie le prix de façon à ce que les gros consommateurs paient plus cher l'électricité", a-t-il lâché dans un point de presse tenu à l'issue de la cérémonie. "Les couches défavorisées vont continuer à payer le prix subventionné mais les riches doivent payer le juste prix", a-t-il soutenu. Cependant, aucune augmentation des prix, même pour les gros consommateurs, n'est prévue "pour le moment", a-t-il insisté. "Pour le moment, il n'y a aucune décision concernant l'augmentation du prix de l'électricité ou de l'énergie en général", a-t-il tranché en ajoutant que l'avant-projet de loi de finances pour 2018 "ne prévoit pas pour l'instant d'augmentation dans les prix de l'énergie". Chiffres à l'appui, le ministre a tenu à démontrer que l'Algérie figurait parmi les pays de la région et au monde entier où l'énergie est la moins chère. A titre d'exemple, en Algérie on paie 1,77 DA pour la première tranche de consommation électrique (250 à 500 KWh), qui regroupe en principe les couches les plus défavorisées,  contre 9,06 DA au Maroc et 3,39 DA en Tunisie. La deuxième tranche, qui concerne une consommation médiane, est payée à 4DA le KWh en Algérie contre 10,7DA au Maroc et 7DA en Tunisie alors que la 4ème tranche, qui regroupe les gros consommateurs, est facturée à 4DA en Algérie, à 15,98DA au Maroc et à 14 DA en Tunisie. "La réflexion sur les prix doit être axée sur la 4ème tranche, c'est à dire les gros consommateurs", a-t-il insisté.

Ismain
Mardi 29 Août 2017 - 19:18
Lu 382 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-11-2018.pdf
2.75 Mo - 17/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+