REFLEXION

PREMIERES PLUIES D’AUTOMNE A MOSTAGANEM : De l’espoir en perspective pour les agriculteurs



Un bon vieil adage populaire dit : « l’année s’annonce par son automne »  et voilà que sous un ciel voilé d’une fine couche de nuage et une température moyenne, entre 14 et 19°C, vient de tomber dès les premières lueurs de l’aube.  C’est une pluie douce est fine, tant attendue par les fellahs qui craignaient une probable sécheresse pour la troisième année consécutive, qui est venue leur donner un peu d’espoir, pour eux et pour les hydrauliciens. Estimée à une hauteur de quelques dizaines de millimètres, les professionnels de l’agriculture voient dans ces premières chutes de pluie un secours venu sauver les nouvelles plantations forestières et l’arboriculture en sec comme celle des oliviers. Les bienfaits pour le monde agricole est immense et ces pluies automnales  sur la wilaya de Mostaganem permettraient  aussi de donner un coup de fouet à redynamiser la production d’agrumes (oranges,  citrons, pamplemousse...) qui comme les cultures maraichères d’arrière saison comme le choux, les choux-fleurs, la pomme de terre….exigent des irrigations d’appoint  pour un cycle végétatif normal et une production qualitative appréciable. D’autres parts, la pluie fine qui vient de tomber  permettrait aux agriculteurs, après une courte période de ressuyage, d’entamer rapidement les opérations de travaux de labours et préparation des sols  aux semailles des céréales, légumes secs et fourrages pour la prochaine campagne agricole. Coté hydraulique, on s’attend à ce que les trois principaux barrages à savoir : ceux de Oued Cheliff, Oued Kramis et Kerrada puissent faire des réserves de quelques milliers de mètres cubes d’eau. Dans le même contexte, la pluie attendue permettrait également d’approvisionner la nappe phréatique du plateau de Mostaganem qui alimente sept principaux forages d’alimentation en eau potable et ce outre les milliers de puits d’irrigation agricole en plus des aires d’irrigation gérées par l’Office National d’irrigation (ONID).Ces premières pluies qui viennent de tomber récemment sont une lueur d’espoir pour le monde végétal, animal et pour l’homme qui gagnerait à utiliser les ressources en eau raisonnablement en évitant toutes les formes de gaspillage. En tous cas, cette pluie de ce vendredi est la bienvenue et tout le monde espère qu’elle continuera de tomber par intermittence pour satisfaire les besoins qui se font pressants. Rappelons que Mostaganem, sa pluviométrie de 330 mm de pluie par an, calculée sur la moyenne « Seltzer », la classe comme zone semi-aride, ce qui rend nécessaires de nombreuses irrigations d’appoint pendant près de cinq mois de l’année de Mai à septembre. Pour Mostaganem, il faut également rappeler que le projet de « Bassin laitier » dans la zone des Bordjia de Haciane, avec quelque 3000 vaches laitières, exigerait la disponibilité de grands volumes en eau. Quand à l’AEP, en règle générale, la wilaya de Mostaganem, se suffirait à elle-même avec une disponibilité en  potentiel hydrique de quelque 25.000 m3 d’eau potable par jour, hors l’eau de mer dessalée utilisée comme ultime secours

Younes Zahachi
Samedi 28 Novembre 2020 - 15:05
Lu 372 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma