REFLEXION

PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d’affichage des prix à Mostaganem

Depuis 2004, entrée en vigueur de la loi fixant les règles applicables aux pratiques commerciales, rendant obligatoire l’affichage des prix des produits, il semblerait qu’elle ne soit pas toujours respectée par certains commerçants peu scrupuleux. A Mostaganem, les clients et consommateurs souhaitent davantage de rigueur dans l’affichage de prix et du contrôle de la qualité.



 « Le vendeur doit, obligatoirement, informer les clients sur les prix, les tarifs et les conditions de vente des biens et services», précise l’article 4 de cette loi. «L’information sur les prix et les tarifs des biens et services à l’égard du consommateur doit être assurée par voie de marquage, d’étiquetage, d’affichage ou par tout autre procédé approprié», précise l’article 5 de la même loi. À Mostaganem, comme dans presque toutes les wilayas du pays, beaucoup de marchands de fruits et légumes, poissonniers, boulangers, supérettes, marchands de chaussures, de vêtements…etc  n’affichent  que rarement les prix de leurs produits, en toute impunité .Le travail de pédagogie et de sensibilisation n’est pas payant quand il s’agit de respecter l’obligation de l’affichage des prix et encore moins de délivrer un certificat de garantie, en règle, quand il s’agit d’articles ménagers vendus à des clients. Les commerçants ne sont pas sans savoir que ceux qui n’obtempèrent pas à l’affichage des prix réels qu’ils pratiquent, risquent des amendes qui peuvent aller très loin ! Néanmoins, plusieurs commerçants affirment ne pas être au courant  que l’affichage des prix est  un impératif prescrit par la loi prétextant qu’aucune autorité ne les  a mis en demeure, affirme un  commerçant qui reconnait quand même qu’en dehors de la période du Ramadhan, personne n’est trop regardant sur la question des prix, renvoyant la balle chez les grossistes et les nombreux intermédiaires. »Les consommateurs sont consommés par les commerçants », dira cet homme d’un certain âge, si El Hadj, qui ajoute que : »»mis à part la période du jeûne, personne ne  protège le citoyen moyen  et la ménagère de son environnement commercial « plaidant indirectement  pour l’application de la loi sur l’affichage des prix. En effet, les prix du même produit peuvent varier d’un quartier à un autre, d’un marché à un autre, sans aucune explication et ça devient inquiétant que le consommateur soit étouffé  par l’inflation galopante, les pratiques spéculatives et dans beaucoup de cas par la triche. Si El Hadj, lance  d’un air quelque peu hagard, « vivement que  l’application de cette loi limitera la flambée des prix et les pratiques de tromperie sur la qualité notamment qui est et reste, le miroir du véritable prix  et que les contrôles soient faits assez souvent », affirme-t-il.

G.Yacine
Vendredi 17 Janvier 2020 - 15:48
Lu 1785 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-02-2020.pdf
3.9 Mo - 19/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+