REFLEXION

POUR UN BENI-SAF PROPRE : STOP à la saleté !

Les citoyens d'ici et d'ailleurs, conscients de la gravité de la situation en terme de salubrité publique et de santé, dénoncent publiquement la constante dégradation de la propreté à Beni-Saf située dans la wilaya d'Aïn Témouchent



Cette situation, insupportable et humiliante pour notre ville, est la plus critique que nous ayons connue depuis l'indépendance. Jamais Béni-Saf n’a atteint un tel niveau de dégradation. La prochaine équipe municipale  a du pain sur la planche et aura beaucoup à faire pour redorer le blason de cette ancienne capitale du fer et du poisson.
Elle révèle de très graves dysfonctionnements dans la gestion de la mairie de Béni-Saf, sur le sujet depuis plusieurs années sous divers mandats électoraux.
Un échec dont les premières victimes sont bien entendu les habitants mais que subissent aussi, il ne faut pas l’oublier, les agents qui ne ménagent sans doute pas, leurs efforts au quotidien sur le terrain, avec semble-t-il peu de moyens, pour tenter de garder l'environnement un tant soit peu moins sale, moins dégueulasse, plus respirable.
Nous voulons mettre en avant ce problème de saleté et ce manque de propreté, à l'extérieur des habitations, et donc sur le domaine public, où rien n'est épargné, car à l'intérieur, chez l'habitant, c'est nickel et ça sent bon les fleurs, le parfum et aussi la javel. C'est reluisant.
Alors pourquoi, au devant de sa porte, pour le citoyen et sur le territoire de la commune pour les responsables, tien ne va. Tout n’est que rejet et indifférence ?
Pas un jour ne passe sans que nous soyons, en tant population résidant là ou ailleurs de Béni-Saf, alertés sur la saleté des rues, des trottoirs, des quelques semblant d'espaces verts qui restent et résistent tant bien que mal, et autres recoins, des entrées et sorties des marchés hebdomadaires, des encoignures de portes ou d'escaliers, etc..etc..
BENI-SAF EST DEVENUE UNE VILLE SALE.
Force est de reconnaître que cette saleté, nuit considérablement à la qualité de vie dans tous les quartiers et qui porte un tort immense à la réputation internationale de BENI-SAF, réputation que nous avons toujours essayé de donner à notre ville que nous aimons, parce que nous y sommes nés, ou parce qu'elle nous a adopté, de cœur ou de raison.
Pourquoi ne donne-t-on pas les moyens à l'APC, pour agir et améliorer la situation. ?
Les élus, les citoyens qui se sentent concernés, sont relégués au rôle d’observateurs sans qu'aucune autorité hiérarchique ne bouge. Les APC successives, n’hésitent pas, évidemment, à faire porter la responsabilité de leurs propres échecs sur les précédentes APC mais aussi sur le manque de moyens et plus encore sur  la population.
Cette situation est d’autant plus choquante, qu'elle touche, certes de nombreuses villes du pays, mais ce n'est pas une raison pour se glorifier et détourner les yeux pour ne pas voir et fermer les oreilles pour ne pas entendre, la clameur des protestations des habitants et des très nombreux visiteurs, surtout en cette période estivale avec en plus  l'approche de l’Aïd-El-Kébir. L’année passée plusieurs peaux de moutons ont été trouvées ici ou là, attirant nuées de mouches et moustiques, un danger grave à la prolifération des maladies.
Nous ne pouvons plus admettre cette dégradation constante de l’espace public de notre ville.
Face à un constat aussi déplorable, aussi désastreux, aussi calamiteux, nous demandons que l'APC actuelle de BENI-SAF, remette à plat sa politique en matière de propreté, qu'elle le fasse sur la base d’une réflexion intelligente, objective et sur un constat concret et de visu.  Il est vrai qu’il ne reste guère de temps avant les prochaines élections municipales prévues courant Novembre 2017.
Cette réflexion doit être menée avec tous les quartiers et les associations, en collaboration avec l'autorité de tutelle, détentrice du pouvoir de changer les choses.
Si vous souhaitez apporter votre soutien à notre combat en faveur d’une autre politique en matière de propreté à Béni-Saf, veuillez signer cette pétition.
Les principales raisons, liées au manque de propreté dans les rues de notre ville, sont, outre la densité, la forte fréquentation, des extérieurs, les vagues de déplacements ainsi que, cycliquement, le passage en saison estivale, comme aujourd’hui, et le séjour des touristes, ce qui fait que BENI-SAF se salit en permanence. Il faudrait donc un suivi permanent de nettoyage et d’enlèvement des  poubelles et des ordures, laissées à côté des bacs, ceux-ci étant pleins.
Aucune zone n'est privilégiée, même au plus près des bâtiments de l'APC, de la Daïra, de l'hôpital, de la place des Martyrs ( ex- jardin public), des escaliers, des rues, aux pieds des arbres, et en contrebas des falaises, entre autres.
Les quelques poubelles, quand elles existent, sont horriblement sales, graisseuses, dégradées, percées, comme les bennes déposées, mais non enlevées, même après les débords de déchets et de détritus, entrainant le dépôt anarchique de sacs puants, surtout de couleur bleue, par dessus le tas d'ordure. Qui de nous n’a pas eu un haut-le corps, ou une envie de vomir en passant devant la benne pourrie qui regorge de déchets de légumes et autres fruits avariés, en déstockage des étals du marché, juste au devant de l’entrée d’une école.
BENI-SAF a un sérieux problème de propreté sur la voie publique, qui ne cesse d'empirer, et peine à sortir de l'insalubrité générale composée de sacs poubelles sur les trottoirs, des canettes de bière, de divers déchets, tableau indigne d'une ville de près de quarante cinq mille habitants.
La périphérie du marché jouxtant la place des Martyrs, s'est muée en poubelle à ciel ouvert. Vouloir faire l'autruche et l'autiste, en disant que Béni-Saf est une ville propre, c'est faux et il ne convient pas du tout de dire cela.
Ou alors, les laxistes, responsables ou pas, élus ou pas, ne se baladent jamais dans notre ville. Alors on est en droit de se poser la question de savoir ce que font les autorités ?
La situation insalubre a été, à maintes fois immortalisée, le temps d’un cliché sur les immondices en tous genres laissés ça et là par des citoyens peu scrupuleux.
Des photos pour appuyer nos dires, nous pouvons en compter des centaines. Elles ont été réalisées pour interpeller les pouvoirs locaux, l'autorité de tutelle, le ministère concerné, mais aussi l’opinion publique. Tout le monde est d’accord pour reconnaître que c’est dégueulasse, les commerçants, les clients y compris, mais on passe à côté, sans embarras, à l’aise comme si cela était normal.
DES DECHETS QUI FONT FUIR LES TOURISTES ET AUTRES VISITEURS
Les immondices s’amoncellent à la pelle. La situation ne fait qu’empirer. C’est souvent la première remarque que les gens font quand ils arrivent à Béni-Saf, et de dire à quel point il fait sale dans les rues et que ça sente mauvais, avec en plus des effluves de brochettes ou poissons grillées mélangés à cet air d’égout irrespirable.
Hélas, l'état dont lequel se meurt notre ville, nous fait dire qu'il s'agit là d’un manque de volonté de la part du politique, mais aussi des citoyens, des gens qui viennent jeter, où ils peuvent et où ils veulent, leurs pneus, leurs sacs-poubelle, sortis de leurs coffres de voiture.
Par cette alerte, nous estimons qu’il est temps de tirer la sonnette d’alarme, et comme d'aucuns le disent «  on ne peut cacher le soleil avec un tamis  » car laisser une ville dans un tel état de délabrement et de saleté pareil, est irresponsable, honteux, intolérable, inadmissible et humiliant, pour l'image de Béni-Saf.
Béni-safiens, béni-safiennes, amis(es) de béni-saf, citoyens, visiteurs et touristes, cette ancienne belle ville, qui voudrait retrouver son image d’antan, vous demande de faire preuve de civisme, d’un intérêt pour la santé publique, et d’aider par des comportements éducatifs, donnant l’exemple aux plus petits.
Vous voulez que ça change ? Alors, oui tout est possible quand le cœur y est et que la motivation n’est soumise qu’à l’intérêt collectif.
Laissons Béni-Saf propre.
Nous la retrouverons propre avec plaisir l’été prochain, d’autant qu’une nouvelle équipe d’élus aura été désignée dés novembre 2017, avec les élections des APC.

 

Mohamed Seghiouer
Mardi 1 Août 2017 - 19:04
Lu 584 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 17-12-2017.pdf
3.27 Mo - 16/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+