REFLEXION

POINT DE VUE : ‘‘Le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres''



Cette fébrilité que nous connaissions de tout temps et qui s’emparait de nos compères de la pomme de terre en ces phases de préparation me semble vraiment atténuée en ce début de campagne fatidique. En effet, cet état s'explique par les conséquences imposées et découlant de la précédente campagne. Caractérisée par une surproduction à travers le territoire sur la base d'écoulement et de coût de vente très bas pénalisant les fellahs de manière injustifiable. La plupart échaudés par les déficits matériels subits ne semblent pas très enclins à réinvestir dans leur domaine qui leur est pourtant coutumier. Ce qui nous laisse prédire que le volume moyen de semence à planter pour cette année 2017 ne saurait être atteint. Outre cela, il y a lieu de noter l'envolée des coûts des paramètres de production qui dépassent tout entendement. Le prix du quintal de semence avoisinant les 14 000 da, non sans compter les fumures de fond et les engrais de couverture. Une chose à faire ressortir c'est que c'est surtout en période de surproduction tout produit confondu que le fellah contre toute logique en subit malgré lui le poids et les conséquences. Ces situations profitant à des tiers frétillant souvent dans les abords de la sphère réelle de l’agriculteur. Ce phénomène aggravé de par l'absence du rôle de l'Etat à qui incombe pourtant ce droit et cette fonction de régulation pour le maintien des prix. Cette défaillance donne libre cours à toutes les formes de spéculation possibles. En référence au vieil adage ''le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres''. Si en pleine production le coût du Kg de la pomme de terre à la consommation n'excédait pas les 25 da maintenant elle s'écoule à 60 da et plus. Cette forme de faire risque de contraindre bon nombre de petits agriculteurs à rendre leur tablier et à changer de secteur tout en prévoyant la source de leur avenir à partir des villes, car ne pouvant matériellement plus soutenir le caprice de ses aléas.

Belkacem Benamara
Lundi 2 Janvier 2017 - 20:05
Lu 180 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma