REFLEXION

POINT DE VUE : La force, la peur et l’ignorance



Les principes, les forces, les instincts de ce monde physique, appartiennent à cet univers, qui est un ensemble de choses et d’êtres, la réalité : ce sont tous des merveilles de la nature. La jungle, est certes une expression humaine. Où est dit d’un milieu ou règne la loi du plus fort. La jungle c’est aussi ce monde fantastique où vivent, toutes sortes d’animaux selon des lois de la nature, Qui sont celles de la jungle, celle du plus fort. Cette contrée est modélisée selon la puissance de la force de l’être animal. Le respect dans la nature animale se focalise sur la peur, Et la peur sur la potentialité de la force. Le lion est maitre, il est le roi de la jungle. Le monde animal se courbe à ses règles. Le mode de vie, de culture, d’échange et de cohabitations animales. A pour unique but de se rassasier, de se désaltérer et de se procréer. Par une force capable de vaincre la peur, Sinon la proie est permise. Avec l’évolution des choses, le mode de vie change aussi. Une nouvelle loi animale instituée par de nouveaux conseillers. Promulguée par le roi de la jungle. Certes, la peur fait courir. Mais avec l’application de la nouvelle règle. Mettant à mort pour festin tout animal. Dont la tête est trop éloignée de son corps. Ce sont les girafes, nouvelles proies permises par décret, elles représentent la beauté de la nature. Sérieuses dans leur conduite. Agréables par leur décor. Simples et gentils par leur présence. Vont être exterminées de la nature sans aucune résistance. La population animale a été décontenancée. Soudain devant de sages animaux. Un éléphant passe en courant
D’une voix unie, les sages l’interpellent. Oh ! Maitre éléphant de quoi as-tu peur !  Ta grandeur, ta corpulence et ta force. Devant la peur est bien piètre ! Oh ! Sages et valeureux animaux. Sachez que le roi de cette jungle. Vient d’introniser l’âne comme nouvel pygmalion.
Ma place n’est plus dans ce contexte. Sauve qui peut ! Reste ma seule et unique raison de vivre !
Moralité lorsque la destinée de la vie animale est attribuée. Aux insensés, irraisonnables, et ignorants. Il faut s’attendre à un grand cataclysme moral, physique et spirituel.

 

Benallal Mohamed
Mardi 13 Décembre 2016 - 20:05
Lu 262 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma