REFLEXION

PLUS DE 1600 MAROCAINS ONT REJOINT DES GROUPES TERRORISTES A L’ETRANGER : Leur retour inquiète le makhzen

Plus de 1600 marocains sont engagés dans des activités terroristes à l’étranger, a indiqué un responsable sécuritaire. Leur retour «aggrave » la menace en raison de « fortes probabilités de voir ces combattants commettre des actes criminels et attentats »



En septembre dernier, le directeur du Bureau Central d’Investigations Judiciaires avait affirmé dans un entretien au quotidien égyptien Al Watan, que le nombre de Marocains qui ont rallié les différentes organisations terroristes est de l’ordre de 1609, ajoutant que la recrudescence du phénomène terroriste trouve sa justification dans la situation actuelle dans le monde arabe et dans le monde de façon globale, notamment après l’émergence de l’organisation terroriste d' »Al Qaida » en Afghanistan, l’endoctrinement de plusieurs combattants par les idées du jihadisme et les attentats du 11 septembre ainsi que le retour des combattants vers leurs pays d’origine, où ils constituent désormais une grande menace pour ces pays, a-t-il précisé. Depuis 2002 les services de sécurité marocains ont démantelé 168 cellules terroristes, un nombre qui démontre la grande menace qui pèse sur la sécurité du royaume chérifien.   168 cellules terroristes ont démantelées au Maroc depuis les attentats de septembre 2001 aux Etats-Unis a indiqué, jeudi à Rabat, le ministère marocain de l’intérieur. Le directeur général de la Coopération internationale au ministère de l’Intérieur, Mohamed Moufakir a précisé, selon l’agence MAP, que 50 des 168 cellules démantelées sont liées à des «foyers de tension » notamment l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, la Syrie et le Sahel. Le démantèlement de ces cellules a permis l’arrestation de 2963 individus. Il a également permis de déjouer 341 «plans criminels ». Selon le responsable marocain, plus 1.600 Marocains se sont enrôlés dans ces activités dans ces pays à l’étranger. « 147 sont revenus au Maroc et ont été interrogés, alors que 132 ont été arrêtés et présentés à la justice, en plus de l’arrestation de 6 personnes lors de leur tentative de quitter le territoire national » a-t-il indiqué. Le Maroc, a-t-il indiqué, reste « vigilant » sur les activités de ces groupes terroristes notamment en Syrie, Irak, au Sahel. Ces groupes, a-t-il dit, sont un « sujet de préoccupation » du fait de la capacité à recruter des «jeunes imprégnés de la pensée de la salafya jihadia, qui sont induits en erreur et envoyés aux zones de combat. »


DES MAROCAINS DERRIERE DES ATTENTATS  A L’ETRANGER !
Selon une étude faite par un professeur d'histoire du monde arabo-berbère contemporain à l'université Panthéon-Sorbonne, publiée en mars 2016 sur le quotidien  Ouest-France, les attentats les plus meurtriers d'Europe revendiqués par des groupes islamistes, ceux de Madrid, de Paris et de Bruxelles impliquaient des hommes et des femmes d'origine marocaine. En Espagne, plus d'une dizaine de ressortissants marocains sont impliqués dans l'attentat de 2004, dont Jamal Zougam et Othman El Gnaoui, cerveaux présumés de l'attaque de la gare de Madrid-Atocha. Les kamikazes du Stade de France et les tireurs des terrasses parisiennes du 13 novembre 2015 possèdent la nationalité marocaine. Le 22 mars suivant, 32 personnes perdent la vie à Bruxelles dans des explosions à l'aéroport et dans une station de métro. Les trois auteurs ? D'origine marocaine. « Mais non, ce sont des Européens ! », rectifie Abdellatif Adebibe, président de la Confédération des associations de Sanhaja du Rif, collectif associatif du Rif central. « Ce sont des enfants de France et de Belgique, pas du Rif (les frères Abdeslam, notamment, seraient originaire du Rif, selon les informations parues dans la presse, ndlr). Ils sont le produit de la politique européenne qui n'a pas su éduquer et intégrer ses jeunes. » En novembre 2016, les Etats-Unis ont placé le marocain Abdelilah Himich , sur la liste noire des «terroristes étrangers». Ils le soupçonnent d'avoir planifié les attentats de Paris et de Bruxelles. Connu sous le nom de Abu Sulayman al-Faransi» ou «Abdel le légionnaire», de «combattant terroriste étranger et une figure des opérations extérieures (...) du groupe Etat islamique. Selon Washington, il est «impliqué dans la planification des attentats de novembre 2015 à Paris et de mars 2016 à Bruxelles». Un autre marocain soupçonné de terrorisme a été arrêté le 23 décembre dernier en Autriche. Il préparait des attentats durant les fêtes de fin d’année 2016. D’après le parquet de Salzbourg, cette interpellation survient après des « informations » évoquant « un présumé attentat terroriste à Salzbourg durant la période de Noël/Nouvel an ».

 

Nadine
Samedi 11 Février 2017 - 19:35
Lu 355 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-11-2018.pdf
2.75 Mo - 17/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+