REFLEXION

PERMANENCES DE L’AÏD : Pénurie de plusieurs produits et rush sur les boulangeries

La majorité de la population de Mostaganem a vécu le même scénario, celui des années précédentes au cours de l'Aïd El Adha, caractérisé par une scène qui se répète à chaque occasion religieuse, où la plupart des commerces ont baissé rideau obligeant le citoyen à faire le tour de plusieurs quartiers à la recherche de quelques produits essentiels.



En effet, c’est au premier jour après la fin de la prière de l'Aïd où de longues files ont été enregistrées devant les boulangeries à travers  plusieurs communes , ce qui confirme le manque de respect de la part de nombreux commerçants pour les programmes définis à l'avance par la Direction du commerce, qui les a réquisitionné pour assurer la permanence.. La meilleure illustration de cette atmosphère vient des rues, qui étaient pratiquement dépeuplées, alors que les commerces qui tournaient à plein régime ont pour la plupart baissé rideau. Ainsi, hormis certains magasins d’alimentation générale, quelques boulangeries, des bureaux de tabacs, la majorité des commerces étaient clos, notamment la matinée. Sur les terrasses des cafétérias qui grouillaient habituellement de clients, il n’y avait ni chaises ni tables. Tout a été rangé, en attendant le grand retour des clients à partir de la semaine prochaine. Une situation qui n’a pas réussi à gâcher l’ambiance de joie et de piété qui a caractérisé les deux jours de l’Aïd. Cependant, la pénurie de pain et de lait s’est fait, tout de même, sentir et les Mostaganemois  ont dû jouer des coudes au niveau des boulangers et locaux commerciaux pour s’approvisionner en ces produits essentiels. S’agissant du lait en sachet, il était quasiment introuvable. Les consommateurs n’avaient d’autres choix que de se rabattre sur le lait en pack ou en poudre. On n’a pas dérogé à la règle le premier jour de l’Aïd. Les quelques commerçants qui ont travaillé n’ont ouvert leurs magasins qu’en fin de matinée. Seules quelques boulangeries sont restées ouvertes jusqu’à la disparition de la dernière baguette de pain. Il en est de même pour le lait, produit introuvable sur les étals. De nombreux citoyens se sont trouvés contraints de s’approvisionner en lait en pack disponible dans la plupart des commerces, mais plus cher. «C’est le lot habituel durant chaque Aïd El-Adha, la majorité des commerces restent fermés jusqu’à la fin de la matinée, voire toute la journée, alors les familles prennent leurs précautions et font des stocks», explique un habitant .Dans la pratique, le nombre de commerçants qui ont répondu à cette réquisition est loin d'égaler celui arrêté par la tutelle. Les chiffres officiels affichent toutefois un taux de suivi se situant entre 98% et 100% à l'échelle nationale. Il faut dire que les ménages, pour ne pas vivre de telles situations, prennent leurs dispositions à l'avance et font leurs achats la veille ou deux jours avant l'annonce de la fête. Une frénésie justifiée, étant donné l'attitude de certains commerçants qui, censés assurer un service public à la base, refusent de travailler les jours de fête. Reste à savoir maintenant si les commerçants contrevenants seront sanctionnés, tel que le prévoit la loi ?

G. Yacine
Mardi 13 Août 2019 - 19:46
Lu 350 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-08-2019.pdf
3.01 Mo - 17/08/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+