REFLEXION

PARIS : L’écrivaine Rachida Mamoune : une plume pour l’innocence

Auteure et Professeure, Rachida Mamoune est aussi une fidèle lectrice de Réflexion dans l’autre rive. Ancrée dans les valeurs de la République, elle a aussi dans l’âme ses racines et ses valeurs. Les différences sont une chance et une richesse. Elle nous livre sa passion de l’écriture, son éloge de la sagesse et du livre dans un monde otage de luxe et d’objets parfois sans les vertus de la parole…



Née à Paris en 1969, où elle y vit encore, et donc dans une ville de couleurs et de lumières, Rachida Mamoune ne s’est point défaite de ses racines et de ses traditions.  Au contraire, sa vie dans l’autre rive lui inspire chaque jour plus d’ancrage dans sa mémoire et dans son héritage. Elle est pourtant une entière républicaine et une absolue citoyenne, elle y croit fermement que les différences, s’il en est, doivent nous rapprocher et doit inspirer la paix et l’entendement. Dès son jeune âge, elle était acquise aux livres et à la lecture. A sa maman, dont la guerre a privé de lettres, elle lisait des pages. C’est ainsi, qu’elle a pris un gout indéfectible à la lecture puis à l’écriture. Écrire c’est lire, me confier t-elle. On écrit comme on lit, ou plutôt on ne fait que traduire ce qu’on lit en y rajoutant son expérience. Ainsi, Mamoune est une grande lectrice de belle littérature et ainsi, elle est aussi une auteure affirmée. Dans le marché du verbe acquis à des vents divers, elle a fait son choix. Écrire pour les enfants, les femmes et les hommes de demain. Ecrire pour l’innocence. Dans ses écrits, elle raconte des leçons de vie, des conduites à tenir, des valeurs à préserver. Les valeurs qu’elle prône sont les valeurs de l’homme. Des valeurs entièrement partagées et toujours utiles pour l’être là où il se trouve. Des valeurs de respects, d’échange, de communication, d’entraide, d’amour et de liberté. Elle me dit, dans une sincérité si rare, que « le monde a créé des objets croyant cet amas de matières suffisant pour que le bonheur soit. Hélas, l’être a besoin de pensée pour réaliser un équilibre bien nécessaire au vivre et au vivre-ensemble».  Depuis les siècles de Lumières, le monde n’a pas produit de pensée. C’est ce qui peut expliquer, selon elle, tout le marasme et le désarroi du monde actuel. Dans un monde tactile et superficiel, l’enfant spectateur et consommateur d’images semble oublier les lettres et la noblesse des mots support de pensée et de sagesse. L’écart est grand entre l’être rêvé et l’être que propose le marché de consommation acquis au superficiel. C’est ainsi que Rachida Mamoune propose des écrits modernes, qui salue tout ce qui est moderne, mais qui plaide qu’un peu de sagesse n’est point de trop et qu’au contraire, il est plus que jamais nécessaire. Sa formation de Professeure, puis son abreuvage des romans, des cultures diverses, des terroirs multiples ainsi que ses voyages, un ensemble de sources qui ont fait éclore en elle cette plume habile et singulière, une plume universelle où se recoupent tous les horizons et où se retrouvent tous les êtres. C’est ainsi que ses écrits ont trouvé audience auprès des enfants du monde car ils sont en définitive le quotient de la conscience partagée et de l’intelligence humaine.  
De cette conviction et de cette expérience est né son premier livre « Badr et la Lune », suivi de « Badr et l’oiseau». Elle a aussi écrit L’héritage de Ridha ou la belle parole. La parole est une force… Elle peut être belle et généreuse ou laide et malveillante. Ridha, un petit garçon l’a compris grâce à sa rencontre avec un arbre qui lui parle de la valeur de la parole, la puissance des mots, leurs effets sur les consciences… Il nous lègue ce message en héritage afin que la Paix et l’Amour s’ancrent dans nos cœurs et s’enracinent… Une belle et émouvante histoire à méditer. Professeure, auteure, Rachida Mamoune se consacre aussi à des ateliers de lecture pour redonner goût aux pages sans lequel la modernité en soi ne serait qu’une nouvelle forme d’esclavage. Bien des projets sont en cours, une carrière oh combien si riche, et pourtant Rachida ne se voit qu’au début de son printemps et de son noble parcours…

 

Dr Bellatreche Laïd
Dimanche 7 Janvier 2018 - 19:47
Lu 1832 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 22-01-2020.pdf
3.96 Mo - 21/01/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+