REFLEXION

Oran : 7 crimes enregistrés durant le mois sacré.

Pour cette année, le mois sacré du ramadhan a enregistré 7 assassinats et plus de 30 cas d’agression par jour, selon les chiffres officiels des services hospitaliers. Selon la même source, 80 % des crimes se sont déroulés au niveau du tissu familial.



Parmi ces affaires de meurtre, la plus cruelle fut celle de l’assassinat perpétré à Arzew ou une fille à l’âge de fleur a été sauvagement assassinée par son propre frère, juste avant la rupture du jeune. L’assassin n’avait couru aussi longtemps pour qu’il soit arrêté par les forces de sécurité et présenté devant la justice, les mains salies par le sang de sa frangine.

Une autre agression perpétrée par deux frangins sur la personne de leur propre oncle en utilisant des armes blanches prohibées, suite à un fâcheux différents que les protagonistes n’ont pu le résoudre sagement. La victime après avoir été férocement agressée, fut transférée dans un état déplorable vers les services des urgences pour une prise en charge médicale.

Un autre assassinat cruel a été perpétré par deux individus à Arzew, sur une malheureuse victime qui eu rendu l’âme après avoir été violemment agressée. Les deux assassins ont été identifiés, arrêtés puis présentés devant la justice. En comparaison avec les mois sacrés des années précédentes, le nombre de crimes a pris une autre tournure pour s’infiltrer à l’intérieur du tissu familial. D’un autre coté, un nombre important d’agressions à l’arme blanche, dépassant la trentaine par jour a été exécuté pendant la seule première semaine de ramadhan. Toutes les victimes ont été bien prises en charges après leur admission aux services des urgences. Selon la même source médicale, beaucoup d’interventions chirurgicales indispensables vu la gravité des blessures à l’arme blanche, ont été opérées par les spécialistes sur les victimes en vue de leur sauver la vie d’une mort certaine. Malgré les mesures de sécurité draconiennes mises en place par les services de sécurité pour tranquilliser le citoyen durant ce mois sacré, le nombre des agressions quant à lui reste aussi élevé, car les agresseurs ne connaissent aucun répit et sévissent surtout dans les endroits à faible densité, donc moins sécurisée pour s’attaquer aux victimes.

Selon la même source médicale, le mois sacré de l’année en cours a connu une forte croissance en matière d’agressions par rapport aux années précédentes, ce qui a engendré une vraie tension sur le staff médical au niveau des urgences, notamment juste avant la rupture du jeune et durant la nuit. Le ramadhan de cette année a eu un lourd fardeau de criminalité qui s’est propageait désormais à l’intérieur même de la famille qui confirme sa transmutation.

. .
Jeudi 24 Septembre 2009 - 08:43
Lu 433 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 06-08-2020.pdf
3.65 Mo - 05/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+