REFLEXION

OUYAHIA A PROPOS DE LA PRESIDENTIELLE DE 2019 : ‘’Je ne serai jamais candidat contre le président Bouteflika’’

Ahmed Ouyahia, le Premier-ministre, est revenu ce samedi sur le dossier de la privatisation qui suscité une polémique, et sur la prochaine élection présidentielle de 2019, assurant qu’il «ne se présentera jamais contre le président Bouteflika, s’il décide de briguer un cinquième mandat», se mettant ainsi au-devant des partisans du 5ème mandat.



Dans son intervention devant la presse, M. Ouyahia a affirmé qu’il est fier de son soutien inconditionnel au président Bouteflika. Une réponse claire et nette pour ceux qui croient qu’Ouyahia abuse de son poste de Premier ministre pour enfiler le costume présidentiel. Dans le même contexte, Ahmed Ouyahia a affirmé qu'il n'y avait pas de "lutte de clans au sein du pouvoir", ajoutant qu'au sein de "l’appareil de l’exécutif, il n’y en a pas et il ne peut y en avoir, car cet appareil a un chef", précisant que le pouvoir, sous la direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a, depuis 1999, œuvré dans le sens de mettre fin aux spéculations ayant cultivé l'amalgame sur cette question (du pouvoir) en Algérie. Concernant les privatisations, qui ont défrayé la chronique, le patron du RND a défendu encore une fois sa politique, tout en valorisant l’autorité du président de la République, qui selon lui : ‘’ il serait favorable à la privatisation, à la condition qu’elle soit rigoureusement encadrées», annonçant également que les grandes entreprises stratégiques comme El Hadjar, Sonelgaz et Sonatrach » ne seront pas concernées. Pour ce qui est de son absence du mercredi 17 décembre, à l'exposition sur la transition énergétique organisée par le FCE, et qui a nourri le suspens, Ouyahia répondit froidement qu’elle serait liée à une "grippe". Au sujet de la lutte contre la drogue Ahmed Ouyahia, a préconisé l'application de la peine de mort contre les narcotrafiquants, justifiant sa position par l'impact de la drogue sur les jeunes algériens. "J'avais dit en tant que de secrétaire général du parti que j'appliquerais la peine de mort contre les trafiquants de drogues, si la décision me revenait", a déclaré M. Ouyahia lors de cette conférence de presse animée à l'issue des travaux de la 4e session ordinaire du Conseil national du RND.

 

Belkacem
Samedi 20 Janvier 2018 - 18:33
Lu 434 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma