REFLEXION

OUVERTURE DE LA SESSION CRIMINELLE A ORAN : 257 affaires inscrites au rôle



La session criminelle a été ouverte le 19 janvier 2020 à Oran avec 257 affaires à traiter dont prés de la moitié se rapporte aux affaires de trafic de stupéfiants. Selon les informations recueillies auprès des instances judiciaires, la majorité de ces affaires viennent d’être jugées par le tribunal criminel de première instance. De même que l’on comptera des affaires d’homicide volontaire avec préméditation. Ces dernières portant essentiellement sur des disputes ayant opposé des jeunes et qui se sont soldées par des meurtres. Une situation qui vient une fois de plus mettre le point sur la violence qui sévit, sachant que dans leur majorité ces auteurs de faits ou parfois même victimes sont sous l’effet de psychotropes. Une bagarre les oppose et n’étant pas maître de leur faculté, ce qui aurait pu être qu’une simple dispute dégénère et se terminerait  par un  crime. Les mis en cause jugés tentent parfois de minimiser les faits en expliquant qu’ils étaient sous l’effet de drogue. Toutefois, une alternative qui ne satisfera pas les magistrats de l’audience qui rétorqueront d’emblée aux prévenus qu’il s’agit d’un fait aggravant plutôt que minimisant. Par ailleurs, lors de cette même session criminelle on comptera également 8 affaires d’apologie et appartenance à des groupes terroristes, dont la plus importante étant celle où les mis en cause auraient préparé l’assassinat de deux personnes dont un officier de l’armée, ses cousins activaient avec ce groupe terroriste. L’enquête a permis d’arrêter 13 personnes. Ils activaient selon ces mêmes investigations sous les directives d’un certain L.A. Toujours au cours de cette enquête, il  a été permis à ces éléments de localiser le reste du groupe et d’en arrêter encore 6 autres personnes, 5 demeureront en fuite, l’enquête arrivera cependant à les localiser dans les rangs de ‘’daech’’ à l’étranger. Les éléments de ce réseau activaient en utilisant les réseaux sociaux et notamment l’application « Télégram », très utilisée par les groupes terroristes vu sa confidentialité. Du matériel informatique utilisé par ces mêmes éléments, ainsi que des armes blanches à savoir : des sabres et épées qui devaient servir pour exécuter les victimes qui avaient été visées par les éléments de ce groupe ont été saisies chez ces mis en cause. De même qu’il importe de souligner que cette session criminelle d’appel prendra fin au cours du mois d’avril de cette année.                                      

Medjadji H.
Lundi 20 Janvier 2020 - 15:58
Lu 249 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 27-02-2020.pdf
4.92 Mo - 26/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+