REFLEXION

ORAN : Plusieurs projets en souffrance à Ain El Turck !

La situation au chef-lieu de la daïra d’Ain El Turck est alarmante, du fait que plusieurs projets sont à l'arrêt depuis déjà des mois. Le réseau routier est dans un état lamentable, l'éclairage public est défaillant, une situation qui touche non seulement la commune mais aussi l’ensemble de la Daïra.



En effet, au centre urbain de la commune, des nids de poule larges et profonds, notamment au niveau des carrefours aux quatre coins de la ville. Depuis des mois, des fuites d'eau à Hai Akid Abbès ne sont pas encore réparées laissant échapper d’énormes quantités d'eau alors que certains villages ou quartiers ne sont pas encore alimentés ou ont une mauvaise distribution. L'aménagement urbain laisse aussi à désirer : le deuxième trottoir du grand boulevard du marché du centre ville, n’a même pas été «rafistolé» depuis plus de vingt ans pendant que celui qui a déjà été aménagé se dégrade à plusieurs endroits. L'esplanade du 8 mai 1945, la cité Bensmir entre autres, sont autant de chantiers qui urgent et que les pouvoirs publics doivent entamer. Le gros souci est également l'environnement ! Ain El Turck croule sous les déchets. Des puanteurs, même au marché du centre ville. La nuit, la route de Cap Falcon plonge dans la semi-obscurité, donnant ainsi l'occasion aux malfaiteurs et casseurs de sévir. La corniche supérieure est dans l'obscurité sans éclairage public et sans balustrades de sécurité, ce qui, a d'ailleurs provoqué plusieurs accidents mortels des chauffeurs et autres touristes qui se sont retrouvés jeter  dans le ravin en raison du manque de luminosité en cette fin de saison estivale. Devant cette situation qui ne fait que nuire à la vie de  ces milliers de  contribuables, il est temps que les pouvoirs publics prennent des mesures qui s'imposent pour débloquer cette situation jugée catastrophique pour cette population qui endure le calvaire au quotidien.  Et en dernier lieu, l'on nous informe l'absence de transport pour les écoliers.  A la veille de la rentrée scolaire, des parents d'élèves de plusieurs localités de la daïra d'Ain El-Turck, viennent de lancer un appel pressant au wali d'Oran, pour mettre un terme au calvaire de leurs enfants scolarisés à des kilomètres de leurs lieux de résidence. En effet, le sempiternel problème de transport des collégiens et des lycéens, domiciliés dans le village de Cap Falcon et les localités La Madrague et Les Coralès, revient, cette année encore, s'inscrire sur la liste de l'absence de la prise en charge, sur ce volet.

Medjadji H.
Vendredi 7 Septembre 2018 - 18:40
Lu 991 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 24-09-2020.pdf
3.86 Mo - 23/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+