REFLEXION

ORAN : Le wali s'attaque à la mafia du foncier

Lors d’une conférence de presse au siège du Quotidien El Joumhouria à Oran, le wali de la wilaya s’est exprimé clairement sur tout dépassement concernant la spéculation du foncier et les constructions illicites qui ne répondent pas aux normes conformément à la réglementation en vigueur.



En effet, Mr Mouloud Chorfi a souligné que l’opération de gel des permis de construire est en cours et ce dans l'ensemble des quartiers résidentiels pour les annuler définitivement, parce qu'ils ne conviennent pas aux normes conformément à la réglementation en vigueur. Oran est une ville métropolitaine, elle doit être un exemple, une fierté, du fait qu'elle va accueillir les prochaines échéances des jeux olympiques et méditerranéens de 2021, donc, nous sommes en train d'éradiquer toutes les constructions illicites en compagnie des bidonvilles, où plusieurs opérations de démolition ont été engagées pour libérer ces espaces, afin de pouvoir les aménager en projets structurants notamment de grandes bâtisses et infrastructures exemplaires répondant aux normes de sécurité. A une question sur les constructions illicites des baraques qui se vendent par un réseau de la mafia du foncier au prix de 20 millions jusqu'à 60 millions pour l'achat d'une baraque en Zinc tout en leur proposant qu'il vont être reloger pour bénéficier d'un logement décent, et d'ajouter je suis au courant de toutes ces transactions frauduleuses, mais je suis en train de mener des enquêtes qui m'ont fait part de 82000 sans abris sont enregistrés au niveau de la wilaya d’Oran alors qu'Oran a bénéficié de 170.000 logements, dont 8046 logements ont été attribués durant cette année 2018.Concernant les nouveaux projets qui sont en cours de réalisation il a cité la réalisation de 02 piscines couvertes sur les 06 programmées, et de poursuivre que 170.000 logements sont en cours de réalisation à Oran dont 50% sont achevés, mais l'opération de distribution de logements se poursuit mais je ne vois pas comment on va faire lorsqu'un demandeur de logement qui vient de déposer son dossier en 2017  réclamera un logement comme celui d'un jeune étudiant âgé à peine de 18 et 20 demande un logement social, et c'est le problème qui se pose au quotidien.

Medjadji H.
Lundi 30 Juillet 2018 - 21:47
Lu 1405 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 20-09-2020.pdf
3.68 Mo - 19/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+