REFLEXION

ORAN : Le maire d’Ain El Bia démissionne

Le maire d’Ain El Bia, M. Kebaili Mohamed, qui est à son troisième mandat au sein de cette importante municipalité de plus de 90.000 âmes, vient de déposer sa démission pour des motifs de convenances personnelles, mais certaines autres informations affirment que ce dernier aurait jeté l’éponge à cause de pressions exercées par le chef de daïra de Béthioua.



Selon plusieurs élus de cette commune, relevant de la daïra de Béthioua, le maire n’a donné aucune explication sur les causes qui sont derrière cette décision surprise. A l’heure où nous mettons sous presse, l’Assemblée tient sa réunion extraordinaire, pour confirmer le départ de Kébaili et désigner à l’occasion, un autre membre qui assurera l’intérim durant le reste du mandat. Le désormais ex-P/APC d’Aïn El Bia aura resté seulement un an et demi à la tête de cette assemblée, lui qui connaît très bien la maison, puisqu’il était déjà maire, lors de 02 mandats (de 2003 à 2013), durant lesquels il a laissé une bonne impression chez les citoyens, avec une gestion impeccable des affaires des villages, situation qui lui a permis de rafler la mise, lors des dernières élections municipales, mais la situation n’est plus aussi simple qu’il croyait, avec les nombreuses divergences entre les membres de l’assemblée, et le manque de budget, le résultat des mesures drastiques imposées par l’Etat. Cette commune voisine de la richissime Béthioua, n’a en effet, pas suffisamment de ressources financières, bien qu’elle se trouve en pleine zone industrielle. Les nombreuses usines érigées dernièrement dans cette daïra sont rattachées à Béthioua, à l’image du siège de  ‘’Aval Sonatrach’’ du camp 06, les complexes pétrochimiques de ‘’Solfet’’ l'usine de l'urée de l'ammoniac, ‘’Tosyali’’,et ‘’Bya Electronics’’ qui se trouvent pourtant dans la circonscription d’Aïn El Bia n'ont rien donné en matière d'aide ou de financement des projets structurants qui font défaut au niveau de cette commune notamment le grand village de Hai  Es-Salaam (ex phénix)  qui est exposé au quotidien  à  différentes dégradations de ses  routes, le manque et l'absence d'une prise en charge dans  tous les secteurs confondus, du chômage qui règne depuis fort longtemps et qui a  été tout le temps suivi par des rassemblements devant le siège de l'APC d’Ain El Bia,  à l'image de ces jeunes chômeurs qui par vengeance ont incendié le siège de l'APC, ainsi que d'autres doléances des résidents qui n'ont pas été prises en considération par la tutelle de la daïra de Bethioua qui gère cette municipalité ont poussé le premier magistrat de la ville  de laisser le soin à d'autres élus pour la continuité des programmes de développement dont souffre cette localité. Une situation qui s’est reflétée négativement sur le développement de la commune, dont les projets sont à la traîne.

Medjadji Habib
Mercredi 8 Mai 2019 - 18:10
Lu 437 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 21-05-2019.pdf
3.44 Mo - 20/05/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+