REFLEXION

ORAN : Kouchet El-Djir et douar Bouâmama en quête de développement

Au moment où le dossier des zones d’ombre fait l’objet d’un suivi particulier au plus haut niveau à même de garantir les besoins vitaux des populations vivant dans des contrées enclavées, les populations des Kouchet El-Djir et douar Bouâmama rattachés administrativement de la daïra d'Oran , rattachée à la commune d'Oran , appellent à la nécessité de les renforcer de projets de développement, afin de les sortir du marasme qui frappe ces localités .



En premier lieu, le transport est devenu un problème crucial pour les habitants se rendant à leur lieu de travail. D’autre part, les habitants de ce vieux quartier populeux de Kouchet El-Djir dans la wilaya d’Oran se plaignent aussi du manque  de réseaux routiers fiables, d’électricité, de gaz  naturel, d’assainissement. Ce qui fait encore aggraver cette situation désespérante, c’est le manque de couverture sanitaire, les obligeant à se déplacer au chef- lieu de la wilaya d'Oran ou vers les communes voisines, pour solliciter des services médicaux. Pis encore, le déficit en couverture de santé pendant la nuit, soulève leur ressentiment des citoyens, d’autant plus, en l’absence du transport, ce qui les oblige de payer au transporteur clandestin le prix fort de 1500, voire 2000 dinars, pour se rendre aux EPH  des régions environnantes, en particulier pour ce qui concerne les cas d’urgence. A cela s’ajoute la détérioration de l’hygiène publique, du fait de la vétusté des canaux de l’évacuation des eaux usées, ce qui inquiète les familles de ces  localités saisies par la peur  des épidémies. L’espoir renaîtra peut-être  avec la décision des pouvoirs publics  de traiter avec la plus grande rigueur les problèmes des citoyens au niveau des zones d’ombre avec le futur raccordement de ces contrées  isolées  au réseau du gaz , la création d’une zone d’activités  et la généralisation du soutien au logement rural à l'ensemble des  habitations de la cité Kouchet El Djir  pour peu que la volonté y soit. En attendant les habitants de ce vieux quartier populeux demandent leur relogement dans les meilleurs délais.  

Medjadji Habib
Dimanche 20 Septembre 2020 - 16:34
Lu 220 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 19-10-2020.pdf
2.8 Mo - 18/10/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+