REFLEXION

ORAN : Collecte de fonds sur les autoroutes et dans le tramway



La ville d'Oran est envahie ces derniers temps par  une nouvelle vague, composée essentiellement de jeunes volontaires, hommes et femmes, habillés de gilets, d’une même couleur, ayant des boîtes, pareilles à  des tirelires comportant des photos  d'un enfant malade gravement, nécessitant une intervention chirurgicale à l'étranger, moyennant de fortes sommes en devises. Ces derniers demandent de l'aumône aux usagers pour qu’ils leur donnent de l’argent et qu’ils leur viennent en aide. «Nous organisons une collecte pour notre ami, il est malade et doit se faire opérer en urgence. Un peu de pitié et de charité», ont dit trois jeunes présentant des boîtes aux voyageurs  se trouvant dans les cabines du tramway. Même les bus urbains de la ville ne sont pas épargnés, tandis qu'à Mers El kebir, chaque soir que Dieu ne fasse, à partir d’heures tardives, un groupe de jeunes habillé de gilets lumineux munis de boîtes sollicitent des automobilistes, jusqu'à l'aube, pour demander de l'aide  aux passants pour qu’ils mettent une pièce dans la boîte. Plus loin, c'est une femme Syrienne, agissant de la même façon avec la même méthode, dit avoir des enfants handicapés et qu’elle a besoin de couches. Là encore, une boîte, une image qui représente un enfant. Ces collectes de fonds se font également sur les autoroutes. Par ailleurs, au niveau de certains quartiers, des personnes montent dans un bus  et parcourent tout le trajet, avec les mêmes propos, les mêmes méthodes. Souvent, les citoyens sont généreux. Notons qu’un tel  phénomène est interdit pour agir de la sorte car pour  effectuer des collectes, il faut des autorisations d’organismes comme par exemple la DAS. D’ailleurs, les collecteurs de fonds brandissent des documents dactylographiés qui sont censés être des autorisations, mais personne ne peut vérifier la véracité. Par contre, d’autres citoyens doutent de la sincérité de ces agissements et préfèrent aider des démunis qu’ils connaissent dans leur environnement ou via des intermédiaires.    

Medjadji H.
Samedi 28 Décembre 2019 - 15:08
Lu 584 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 22-09-2020.pdf
2.88 Mo - 21/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+