REFLEXION

ORAN : Colère des demandeurs de logement

Les mouvements de protestation sociale se sont multipliés ces derniers mois dans plusieurs régions de la wilaya d'Oran, face au sentiment d'abandon des habitants, surtout chez les habitants des zones rurales très fragilisées.



Une contestation qui a touché presque tous les secteurs, aux motifs d’absence de projets de développement et les problèmes de gestion du logement social et du foncier agricole. Une situation alarmante qui représente un échec pour les membres du conseil exécutif, ainsi que les maires et les chefs de daïra de la wilaya d'Oran, dans la gestion des affaires publiques, malgré les efforts considérables déployés à tous les niveaux par l'actuel wali  Messaoud Djari, connu par la population comme étant «un homme de dialogue et de terrain», pour accélérer le développement socio-économique et améliorer le bien-être de la population à l'image de ceux des 1201 logements sociaux réservés aux habitants du site dit «Batimat Talian» situé à Es-Sedikia et qui attendent depuis des années leur relogement qui tarde à venir. Il s’agit également des 1000 logements de Ben Fréha, des 700 et 350 logements de Misserghine, des 500 logements de Bousfer. Il est aussi question de procéder très rapidement à l’installation des entreprises choisies récemment pour les 1300 logements d’El Mohgoun et des 300 logements de Aïn el Turck. Hormis ce qui reste des projets de type LSP ou LPA implantés dans plusieurs localités, le suivi concerne aussi et par ailleurs les projets de logements de type AADL du nouveau pôle urbain Ahmed Zabana de Misserghine avec, pour ce cas précis, le souci de respecter les délais prévus pour la distribution de 5 000 logements de ce type. Par ailleurs les demandeurs de logements à Points qui sont dans leur majorité soit ceux dont les dossiers datent des années 70, 80 et 90, des natifs d’Oran. Parmi, ces demandeurs, certains sont grands parents actuellement et continuent à vivre dans la maison familiale, où ils se sont mariés et eu des enfants. D’autres sont morts et beaucoup d’autres ont bénéficié de logements dans le cadre d’autres programmes, à l’exemple du LSP, LPA et AADL. Toutes les tentatives de parvenir à un accord ont échoué au niveau de leur daïra. Les protestataire se demandent : « Ces logements sont achevés depuis des années, alors pourquoi ne sont-ils pas distribués ?». Ils interpellent le premier responsable de la wilaya afin d’intervenir pour arrêter une date pour l'affichage de la liste et de mettre un terme à leur calvaire. Par ailleurs, d’autres communes ont été, ces jours-ci, le théâtre de mouvements de contestation dans la wilaya pour le même problème, à l’instar de ceux de la cité du vieux quartier populeux les  planteurs, El Barki, Ain Turck, Bousfer, Boutlelis, Aïn ElBia , Bethioua, Mers ElHadjadj etc..,.où le citoyen ne cesse de dénoncer cette situation qui n’a que trop duré.

Medjadji Habib
Mardi 1 Décembre 2020 - 14:23
Lu 191 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma