REFLEXION

Notre sécurité alimentaire



Les brutales hausses qu’ont récemment connues les prix de la pomme de terre et de la Sardine étaient dues à la conjonction d’une production demeurée relativement inférieure à la tendance et d’une forte croissance de la demande. Le faible niveau des stocks, qui continue de baisser, a amplifié la hausse des prix, l’augmentation significative des investissements sur les marchés des produits dérivés agricoles ayant probablement joué dans ce sens également. Selon les perspectives agricoles du gouvernement, les prix devraient redescendre, sans toutefois retomber à leurs niveaux antérieurs. Sur les dix années à venir, les prix réels des produits de première nécessité devraient en moyenne être supérieurs de 10 % à 35 % à ceux enregistrés au cours de la décennie écoulée.  L’envolée des prix accroît les pressions inflationnistes dans le pays, tandis que les consommateurs pauvres devront consacrer à leur alimentation une part encore plus importante de leurs revenus restreints. A court terme, une aide humanitaire s’impose, le cas échéant sous forme de dons en espèces ou de bons d’alimentation, de façon à renforcer, et non affaiblir, les marchés intérieurs.  A moyen terme, il est indispensable d’encourager la croissance et le développement dans le pays afin d’améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs de denrées alimentaires. Les politiques commerciales agricoles appellent de nouvelles réformes. D’une part, il faudrait que les investissements dans la croissance de la productivité, en particulier dans notre pays qui est un pays en voie de développement, viennent renforcer l’offre agricole globale. D’autre part, il conviendrait d’analyser plus finement la rapide progression de la demande. Les causes de cette flambée des prix sont complexes et s’expliquent par une combinaison de facteurs se renforçant mutuellement, entre autres les périodes de sécheresse qui ont frappé de grandes régions et la faiblesse des stocks. Ces bouleversements sur les marchés des produits sont intervenus dans un contexte d’instabilité de l’économie Algérienne, ce qui semble avoir contribué à accroître sensiblement l’intérêt des spéculateurs pour les marchés à terme de produits agricoles.

Réflexion
Jeudi 15 Mars 2012 - 10:41
Lu 357 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+