REFLEXION

NUISANCES SONORES A LA SALAMANDRE (MOSTAGANEM) : Les habitants interpellent les autorités

Les habitants de la cité Salamandre se plaignent des nuisances sonores qui perturbent leur quartier et qui se font récurrentes, surtout la nuit.



Des phénomènes qui font leur apparition chaque saison, où la situation a atteint des seuils intolérables ces derniers jours notamment, avec le flux important des estivants venus des 48 wilayas. Le bruit  provient généralement des klaxons intempestifs des véhicules, des bruits des motos et autres engins comme les quads. Selon des citoyens qui nous ont contactés, chaque nuit le passage en groupe de ces jeunes avec leurs motos acquises à coups de dizaines de millions de centimes, les tirent de leur sommeil et cela dure jusqu’à des heures indues de la nuit .Ils circulent sans casque ni assurance, souvent en sens contraire, et se faufilent entre les véhicules, mettant ainsi en danger leur vie et celle des autres. Leur nombre ne cesse d’augmenter au fil des semaines et les rues se trouvent infestées de ces deux roues nuisibles qui font elles aussi leur rodéo infernal. Les citoyens sont de plus en plus gênés par les bruits provenant de la circulation motocycle. Cette gêne sonore affecte non seulement la qualité de la vie, mais également la santé des citoyens à partir d’un certain seuil de volumes sonores. Au supplice des travailleurs et des malades qui ont besoin de repos, les spécialistes attirent l’attention sur les conséquences du bruit sur la santé qui sont plus ou moins graves et on peut distinguer les causes directes ou indirectes : l’irritabilité (disposition à se mettre en colère facilement), l’insomnie, la dépression (diminution des forces morales et énergétiques) et les problèmes d’audition allant jusqu’à la surdité passagère ou définitive ;: irritabilité, dépression, insomnie … Ils font savoir qu’une bonne audition et une bonne compréhension sont des conditions nécessaires à l’acquisition des apprentissages fondamentaux et à l’insertion dans le milieu familial et social  .Pour minimiser les risques, les scientifiques conseillent de contrôler le niveau de bruit en se servant d’outils spéciaux. Ils appellent également à utiliser les moyens de protection de l’ouïe. Ils suggèrent de  mieux isoler les lieux d’habitation, les lieux de travail et les écoles mais aussi retravailler les projets d’urbanisme notamment en aménageant des zones calmes, isolées et éloignées des axes bruyants

Gana.Yacine
Lundi 31 Août 2020 - 16:48
Lu 323 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 30-12-2020.pdf
3.38 Mo - 29/12/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+