REFLEXION

NOUVELLES REVELATIONS SUR L’EX-SCANDALE DE LA BRC : Ould Kaddour dénonce un complot ourdi

Le président directeur général du groupe Sonatrach, M. Abdelmoumène Ould Kaddour revient sur l’affaire de la société Brown and Root Condor (BRC), ce scandale dit ‘’d’espionnage’’ qui a fait couler beaucoup d’encre et de gens, pendant prés de 10 ans. Ce dernier vient de révéler au journal ‘’ le quotidien d’Oran ‘’que ce ‘’cinéma’’ était destiné à faire tomber l’ex-ministre de l’énergie, M. Chakib Khalil, et finir à le condamner en sa qualité de PDG de la Sonatrach par un tribunal militaire à une peine de 30 mois de prison ferme pour “divulgation d’une information classée secret défense”



A  ce sujet , le PDG  du groupe Sonatrach, M Abdelmoumène Ould Kaddour, vient de  confier  que l'affaire  de la société Brown and Root Condor (BRC) était destinée à casser le ministre de l'énergie de l'époque,  M. Chakib Khelil pour avoir refusé que "le DRS s'implique dans la gestion des entreprises affiliées à Sonatrach encore moins dans son ministère".C'est ce que  a révélé,  hier le dimanche 03 Juin 2018, le PDG de Sonatrach dans un entretien accordé au journal  ‘’Le Quotidien d'Oran’’. Il ajoute pour preuve "on m'a sorti de prison comme on m'a fait entrer, sans aucun papier, sans aucun dossier". "J'ai été jugé pour espionnage alors que BRC avait construit le siège de l'état-major de l'armée ! N'est-ce pas contradictoire ?", s'est-il interrogé. Ould Kaddour regrette que BRC ait été fermé en mettant dehors 2.000 compétences algériennes tout en  qualifiant cet acte de « véritable gâchis !". Rappelons encore à cette fin que  pendant près de 10 ans, cette affaire dite “d’espionnage” a fait couler beaucoup d’encre. Elle a été transformée en un feuilleton politique qui a sidéré tous les Algériens alors qu’il ne s’agit, à la lumière de révélations rapportées par la presse, que d’une simple “banale histoire”, comme l’ont noté de nombreux témoins qui ont participé de loin ou de près à ce dossier. Enfin et comme personne ne peut l’ignorer, cette affaire a éclaté au moment où une véritable guerre froide opposait le général Toufik, à  M. Chakib Khelil, le  ministre de l’Energie qui a démissionné de ses fonctions  en date du 28 mai 2010 en raison du scandale de corruption ayant ébranlé Sonatrach.

Ismain
Dimanche 3 Juin 2018 - 17:36
Lu 579 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-12-2018.pdf
2.86 Mo - 15/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+